Tous les textes des 3R

Alimentation et Conduite d’élevage

Alimentation | Digestion - Métabolisme | Ruminants (général)

Etude in vitro des effets de l’ajout de sérum de luzerne sur les fermentations ruminales.

J-P JOUANY (1), B. LASSALAS (1), D. COULMIER (2)

(1) INRA, Unité de Recherches sur les Herbivores, 63122 St-Genès Champanelle

(2) DESIALIS, 51007 Châlons-en-Champagne

INTRODUCTION

Le méthane produit au cours des fermentations ruminales constitue une perte d’énergie estimée à environ 8 % de l’énergie brute ingérée et 12 % de l’énergie digestible. Le méthane est également un puissant gaz à effet de serre (GES) dont environ 25 % des émissions en France provient des activités d’élevage, plus précisément des fermentations digestives (87 %) et des déjections animales (11 %). Le pouvoir de réchauffement élevé (20 fois celui du CO2) et la durée de vie courte dans l’atmosphère (20 ans vs 100 ans pour le CO2) en font une cible intéressante pour limiter le phénomène de réchauffement global. L’interdiction prochaine d’utiliser en Europe les additifs alimentaires doués d’activité antibiotique justifie la recherche de produits naturels sans risque pour l’animal, l’environnement et le consommateur de produits animaux. Le sérum de luzerne (SL) produit après pressage de luzerne fraîche et retrait des protéines par floculation, répond bien à ces exigences sécuritaires. Sa richesse en certains composés (acide malique, minéraux, peptides) a permis d’envisager un effet sur la méthanogénèse. C’est dans ce but qu’a été réalisée cette étude.

Alimentation | Digestion - Métabolisme | Ruminants (général)

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière