Tous les textes des 3R

Génétique

Caprins | Génétique | Génomique | Qualité lait

Comparaison des transcriptomes mammaires de chèvres placées dans des conditions nutritionnelles extrêmes, pour étudier la synthèse et la sécrétion des lipides du lait.

S. OLLIER (1), S. POLLET (2), C. BAUCHART (1), M. GOUTTE (1), S. BES (1), E. ZALACHAS (2), J. ROUEL (1),

L. BERNARD (1), P. MARTIN (2), Y. CHILLIARD (1), C. LEROUX (1)

(1) INRA, Unité de Recherches sur les Herbivores, Theix, 63122 Saint-Genès-Champanelle

(2) INRA, Unité Génomique et Physiologie de la Lactation, 78352 Jouy-en-Josas

INTRODUCTION

L’alimentation est le moyen le plus rapide pour moduler la quantité et la composition des matières grasses laitières (MGL) qui conditionnent en grande partie la qualité nutritionnelle du lait recherchée par la filière et les consommateurs (Chilliard et Ferlay, 2004). Les acides gras (AG) du lait ont une double origine (Chilliard et al., 2001) : ils proviennent de la captation et du remaniement des AG circulants ou d’une synthèse de novo par la glande mammaire (GM) qui fait intervenir de nombreux gènes dont la régulation nutritionnelle reste mal connue. Dans le but de relier les effets de l’alimentation sur la composition en AG du lait au métabolisme lipidique mammaire, nous avons entrepris d’identifier, chez les ruminants, les gènes nutrirégulés ayant un impact sur la synthèse et la sécrétion des lipides par la GM. Pour cela, dans un premier temps, une analyse globale de l’expression des gènes dans la GM de chèvres placées dans des conditions nutritionnelles extrêmes a été réalisée.

Caprins | Génétique | Génomique | Qualité lait

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière