Tous les textes des 3R

Variabilité génétique

Ovins à viande | Variabilité génétique

Potentiel de production du mouton Martinik : une contribution possible a l’intensification de l’agriculture caribéenne.

C. VERTUEUX (1), N. MANDONNET (2), F. LEIMBACHER (3), S. ANTOINE (2), D. DOMARIN (4), M. NAVES (2)

(1) Chambre d’Agriculture de la Martinique, 97285 Lamentin

(2) INRA-URZ, Prise d’Eau, 97170 Petit Bourg

(3) INRA, Antenne Martinique, 97285 Lamentin. (4) USOM , 97285, Lamentin

INTRODUCTION

Dans les régions tropicales, les performances animales sont réputées médiocres, du fait notamment des conditions d’élevage et des problèmes sanitaires, mais aussi de la méconnaissance des aptitudes réelles des populations animales locales. Le mouton Martinik est une race rustique allaitante, de format moyen, issue de croisements entre populations de mouton à poils de la Caraïbe. Bien adapté au milieu tropical humide, il résiste également à des périodes de sécheresse. Il est exploité en race pure pour la production d’agneaux gris au pâturage, pesant de 25 à 35 kg.

Aux Antilles Françaises, le mouton est surtout exploité à la Martinique avec 28000 têtes, principalement regroupées dans le sud de l’île. Le mouton Martinik y est fortement majoritaire avec près de 95 % du cheptel. Depuis une vingtaine d’années et particulièrement depuis la création de l’Unité de Sélection du mouton Martinik (USOM) en 1993, l’image de cette race n’a cessé de progresser. Cette communication présente les outils mis en place par la Chambre d’Agriculture et l’USOM pour exploiter le mouton Martinik, ainsi que les résultats obtenus par l’INRA quant à son potentiel de production.

Ovins à viande | Variabilité génétique

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière