• Plan | Infos légales-Crédits | Espace privé
  • Facteurs de variation de la durée de l’anœstrus post-partum et de la fertilité à l’œstrus induit chez la vache allaitante : importance du niveau d’apport énergétique

    GRIMARD B. (1), HUMBLOT P. (2), MIALOT J.P. (1), PONTER A.A (1), SAUVANT D. (3), THIBIER M. (2).

    (1) Laboratoire d’épidémiologie et de gestion de la santé animale, Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort, 7,av. du GI de Gaulle ,94704, Maisons Alfort Cedex

    (2) Union Nationale des Coopératives d’Elevage et d’Insémination Artificielle, Services techniques, 13, rue Jouet, 94700 Maisons Alfort.

    (3) Institut National Agronomique Paris Grignon, Station de Nutrition, 16, rue Claude Bernard, 75231 Paris

    RESUME

    Dans 2 études de terrain, comprenant 723 et 228 vaches Charolaises essentiellement primipares, les facteurs de variation du taux de cyclicité avant traitement de maîtrise des cycles (TC),d’induction d’ovulation (TO) et de gestation (TG) ont été analysés. L’état d’entretien, le poids, les variations de poids post-partum (PP), l’intervalle vêlage-pose du progestagène et les conditions de vêlage ont influençé le plus TC et TG. Dans la lère étude, lorsque la pose a lieu avant 70 jours PP chez des femelles de note d’état <2,5. TC et TG sont divisés respective- ment par 4 et 2 par rapport aux vaches ne présentant pas ces facteurs de risque. Dans une expérience en station, les effets de 1’énergie de la ration sur le statut énergétique des femelles (glucose, insuline, AGNE, BHB), sur la pulsatilité de LH, le nombre et la taille des fol- licules ainsi que sur les taux d’ovulation (TO) et de gestation (TG) ont été analyses chez 19 vaches Charolaises recevant 100% (lot TE ;n=10) ou 70% (lot BE ; n=9) des besoins énergétiques. Pendant 60 jours PP, les femelles du lot BE ont eu des concentrations d’AGNE supérieures et de glucose inférieures A celles du lot TE (p<0,Ol). A 70 jours PP, ces concentrations n’étaient pas différentes. Dans le lot BE, le nombre de grands follicules et la taille du plus gros follicule ont été réduits par rapport au lot TE. Aucun effet de l’apport énergétique n’a été observé sur TO et TG. Ceci peut s’expliquer par les similitudes dans le statut énergétique des femelles au moment de la mise en place des traitements.

    Télécharger le fichier PDF (329.5 ko)

    Voir tous les textes de : Grimard B. | Humblot P. | Mialot J.P. | Ponter A-A. | Sauvant D. | Thibier M.

    Voir tous les textes dans les thèmes : Alimentation | Bovins à viande | Reproduction

  • Secrétariat 3R - MNE - 149 rue de Bercy 75595 Paris cedex 12

    Tél : 06 46 77 02 41 - Courriel : 3R@idele.fr - Fax : 01 40 04 52 80

    © INRA-Institut de l'Elevage 2006-2017, tous droits réservés