• Plan | Infos légales-Crédits | Espace privé
  • Le point sur l’épidémiologie et la physiopathologie des encéphalopathies spongiformes des ruminants

    SARRADIN P., BERTHON P., LANTIER F.

    Pathologie Infectieuse et immunologie, INRA, 37380 Nouzilly

    RESUME

    L’épidémie d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) résulte de la consommation par les bovins de farines de viandes et d’os contaminées. En recyclant l’agent infectieux, ces farines ont permis d’amplifier la dissémination d’une maladie dont l’origine et l’agent responsable demeurent inconnus. Les hypothèses sur la nature protéique ou/et virale de l’agent sont évoquées, ainsi que l’éventualité d’une transmission à l’homme. Une grande partie de nos connaissances des encéphalopathies spongiformes résulte des études réalisées de longue date sur la Tremblante des ovins. En particulier, l’idée que l’on peut se faire de la physiopathologie de l’infection des bovins est en grande partie extrapolée a partir du résultat d’infections expérimentales réalisées chez le mouton. Toutefois, la contamination des tissus lymphoïdes périphériques qui est la règle au cours de la phase de dissémination dans l’organisme de l’agent de la Tremblante, semble absente dans le cas de la maladie bovine. Il est donc possible que ce type de tissus, considère comme infectieux en matière de Tremblante, le soit peu au cours de la phase préclinique dans le cas de l’ESB. L’atteinte du système nerveux central des bovins pourrait alors résulter d’une dissémination empruntant les voies nerveuses. Les mécanismes conduisant a la mort neuronale responsable des symptômes observes restent mal connus. La protéine PrP, protéine normale de la membrane de nombreux types cellulaires, et qui s’accumule sous sa forme pathologique PrPSC au niveau des lésions est indispensable au processus pathologique. Son polymorphisme influence considérablement le devenir de I’infection, mais elle ne peut être tenue pour seule responsable de la transmission de la maladie.

    Télécharger le fichier PDF (824.2 ko)

    Voir tous les textes de : Berthon P. | Lantier F. | Sarradin P.

    Voir tous les textes dans les thèmes : Ruminants (général) | Santé animale

    Autres textes des

    3R 1996 - Séance :

    Actualité

    L’effet d’encombrement ruminal des fourrages : sa relation avec l’ingestibilité et étude de sa prévision au laboratoire  

    BAUMONT R., BARLET A., JAMOT J.

    Gènes de la coloration des races bovines allaitantes françaises. Perspective d’application à l’identification des produits  

    ROUZAUD F., OULMOUDEN A., PETIT J.M., LEVEZIEL H., JULIEN R.

    « IBOVAL » : une révolution tranquille dans l’évaluation génétique des bovins allaitants en France 

    MENISSIER F., JOURNAUX L., LALOË D., REHBEN E., LECOMTE C., BOULESTEIX I., SAPA J.

    Génétique de la sensibilité à la tremblante ovine : recherches en cours et perspectives 

    ELSEN J.M., BARILLET F., VU TIEN KHANG J., SCHELCHER F., AMIGUES Y., LAPLANCHE J.L., POIVEY J.P., EYCHENNE F.

    Affiche • Identification électronique des ovins : résultats d’essais et perspectives d’utilisation 

    BARILLET F., RICARD E., MARIE C., LAGRIFFOUL G., BIBE B.

    Affiche • Rôle de la haie, abri naturel pour les brebis en été 

    AUDIC C., VEISSIER I., SAGOT L., PFLIMLIN A.

    Affiche • Etude démographique d’une race ovine à petits effectifs : la « Thônes et Marthod » 

    PHILIT M., CHATEL C., GODET J., JOLY T.

  • Secrétariat 3R - MNE - 149 rue de Bercy 75595 Paris cedex 12

    Tél : 06 46 77 02 41 - Courriel : 3R@idele.fr - Fax : 01 40 04 52 80

    © INRA-Institut de l'Elevage 2006-2017, tous droits réservés