Tous les textes des 3R

Bien-être

Bien-être - Comportement | Bovins à viande

Le sevrage des veaux de vaches allaitantes en deux étapes, une approche innovante ?

WAVREILLE J. (1), POCHET P. (2), BARTIAUX-THILL N. (1)

(1) CRA-W, Département productions et nutrition animales, 8 rue de Liroux, 5030 Gembloux (Belgique)

(2) MRW, Direction du développement et de la vulgarisation, 2 rue des Genêts, 6800 Libramont (Belgique)

INTRODUCTION

Pour maximiser l’efficience de la production, le sevrage des animaux de rente et en particulier des veaux est radical. Il constitue un bouleversement complet du mode de vie non seulement sur le plan de l’environnement physique et alimentaire (passage de la vie au pâturage à la stabulation) mais également social (rupture du lien mère-jeune, réallotement avec des congénères souvent étrangers). Les jeunes animaux issus de troupeaux allaitants réagissent fortement au sevrage tardif (Boissy et al., 2001). Après la séparation complète d’avec la mère, les veaux ont des niveaux de cortisol anormalement élevés et leur rythme circadien d’activité est temporairement perturbé, révélant alors un véritable état de stress (Veissier et al., 1989). Dans les élevages intensifs modernes, un nombre croissant d’études démontre que les évènements stressants peuvent modifier le fonctionnement du système immunitaire et accroître la sensibilité aux agents pathogènes (Merlot, 2004). Le sevrage des veaux implique des beuglements qui sont un indicateur de la détresse du veau par rapport à la ressource alimentaire qui vient de cesser mais également de la séparation d’avec la mère c’est-à-dire des contacts maternels qui n’existent plus. Comment rompre le lien entre la vache et son veau sans que le veau s’en ressente en termes de stress, de performances et de statut immunitaire ? Des chercheurs canadiens (Haley, 2006) ont expérimenté diverses techniques de sevrage des veaux en douceur comme celle qui consiste à former deux demi-troupeaux de vaches allaitantes en permutant les veaux pour que ceux-ci apprennent à ne plus s’allaiter en présence d’animaux familiers (criss-cross weaning). Ou encore, le sevrage des veaux de part et d’autre d’une barrière pour permettre de conserver des contacts visuels et physiques entre les mères et la progéniture alors que l’allaitement n’est plus permis (fenceline weaning). Et de proposer dernièrement la technique de sevrage des veaux en deux étapes (two stages weaning) qui consiste à poser un antisuceur aux naseaux des veaux pendant les quatre à sept jours qui précèdent la séparation physique des animaux, telle que classiquement pratiquée. L’antisuceur, appelé caveçon, est un dispositif en plastique en forme de palette, indolore et réutilisable. Il empêche le veau d’attraper les trayons et de téter tout en lui permettant de rester en contact avec sa mère, de pâturer, de manger et de s’abreuver. Les traitements vermifuges et de vaccinations sont réalisés préférentiellement au moment de la pose de l’antisuceur.

Bien-être - Comportement | Bovins à viande

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière