Tous les textes des 3R

Environnement et nutrition azotée

Bovins à viande | Bovins laitiers | Environnement | Pâturage

Facteurs de variation du devenir de l’azote des déjections bovines sur les surfaces fourragères

SIMON J.C. (1), DECAU M.L. (1), MORVAN T. (2)

(1) Unité Associée INRA/Université , Esplanade de la Paix, 14032 CAEN CEDEX

(2) Unité d’Agronomie, INRA, 65, rue de Saint Brieuc, 35042 RENNES CEDEX

RESUME

Cet article fait le point sur les connnaissances actuelles concernant le devenir des déjections bovines, qu’elles soient stockées ou restituées in situ. Une première partie présente les caractéristiques de ces différents produits et la variabilité des quantités et des formes d’azote mises en jeu. Les lisiers et fumiers présentent des pertes importantes par volatilisation au stockage et à l’application selon leur teneur en N-NH4, de 7 à 86 %. L’utilisation par le couvert va de 23 à 67 % de l’azote du lisier et de 27 à 44 % pour le fumier. L’apport d’azote par les pissats et les bouses est toujours un phénomène spatialement hétérogène. La volatilisation atteint 15 % de l’azote de l’urine et seulement 2 % des bouses. La dénitrification est toujours faible en moyenne 2 %. La valorisation par la plante dépend de sa capacité de croissance. Les bouses ont peu d’impact sur la croissance du couvert alors qu’elles contribuent à hauteur de 70 % au pool organique du sol. Le lessivage concerne principalement l’urine, en moyenne, 22 % sont ainsi perdus annuellement.

Bovins à viande | Bovins laitiers | Environnement | Pâturage

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière