• Plan | Infos légales-Crédits | Espace privé
  • Dégâts de chiens divagants et de prédateurs sauvages hors zone à loups : résultats d’enquêtes sur sept territoires d’élevage

    BRUNSCHWIG G. (1), BROSSE-GENEVET E. (2), DUMONTIER A. (3), GARDE L. (4)

    (1) UR-EPR (soutenue par l’INRA), Enita Clermont, BP 35, 63370 Lempdes

    (2) SUAMME, 35 av. Vincent d’Indy, 30100 Alès

    (3) CRA Franche-Comté, Valparc, Espace Valentin Est, 25048 Besançon cedex

    (4) CERPAM, Route de la Durance, 04100 Manosque

    RESUME

    Dans le cadre des travaux menés en commun pour établir un état des lieux de la prédation hors présence de loup dans plusieurs régions françaises, le Centre d’Etudes et de Réalisations Pastorales Alpes Méditerranée (CERPAM), le service Inter Chambres d’Agriculture Montagne Elevage du Languedoc Roussillon (SIME-SUAMME), la Chambre Régionale d’Agriculture de Franche-Comté et l’Enita Clermont ont conduit une étude basée sur la réalisation d’enquêtes dans sept territoires sur sept départements : Monges (04), Lubéron oriental (04) et Lubéron occidental (84), Cévennes (30), Larzac (34), Livradois (63) et massif du Jura (25 et 39). Ces territoires ont été enquêtés entre 1999 et 2007, sur des périodes pluriannuelles, choisies avant l’installation de loups dans le territoire, afin de disposer d’une base de données sur les dégâts imputables aux chiens divagants et à la petite faune sauvage.

    Au total, deux cent vingt-neuf unités d’exploitations, d’estive ou de transhumance ont été enquêtées, soit trente-et-une en moyenne par territoire. Deux indicateurs ont été privilégiés pour analyser la pression de prédation exercée sur les élevages ovins. La fréquence annuelle d’attaque correspond au nombre d’attaques sur la période enquêtée, ramené au nombre d’exploitations et au nombre d’années de cette période. Le taux de prédation est calculé en divisant le nombre total de victimes enregistrées durant la période par le nombre total d’ovins de même catégorie pâturant chaque année dans la zone, ramené au nombre d’années de la période considérée. Nous avons plus particulièrement étudié la catégorie des ovins mâles et femelles de plus de quatre mois sortis au pâturage. Les prédations sur les agneaux ont été traitées à part.

    Les fréquences annuelles d’attaque de chiens sont de 0,11 ; 0,15 ; 0,36 ; 0,12 ; 0,13 ; 0,11 et 0,41 et les taux de prédation sont de 0,31 ; 0,27 ; 0,29 ; 0,05 ; 0,17 ; 0,24 et 0,33, respectivement pour les Monges, le Lubéron oriental, le Lubéron occidental, les Cévennes, le Larzac, le Livradois et le massif du Jura. La fréquence d’attaques de chiens est en moyenne de 0,20, soit une attaque tous les cinq ans. Le taux annuel de prédations s’établit en moyenne à 0,26 %, soit une victime par an pour un troupeau de quatre cents têtes. La densité ovine n’influe pas de façon marquée sur le taux de prédation, du moins pour les bassins d’élevage ovin ayant plus de dix ovins / km2. Le taux de prédation semble en revanche s’accroître lorsque la densité ovine est très faible. Chaque attaque de chiens provoque la perte de plusieurs ovins (de 1,6 à 22,9) et perturbe de manière significative le comportement du troupeau. Ces attaques sont essentiellement diurnes et les chiens sont repérés dans près de 89 % des cas.

    Les éleveurs du massif du Jura sont de plus victimes de la prédation exercée par les lynx, les renards et les corbeaux freux. Pour ces trois prédateurs, les fréquences d’attaque sont respectivement de 0,45 ; 0,11 et 0,27 et les taux de prédation sont respectivement 0,15 ; 0,03 et 0,07. Si le lynx s’attaque aussi aux ovins adultes, le renard et le corbeau ne s’attaquent toutefois qu’aux très jeunes agneaux. Le lynx ne fait généralement qu’une seule victime et perturbe peu le troupeau ; ses attaques sont nocturnes et il n’est quasiment jamais repéré.

    Télécharger le fichier PDF (176.6 ko)

    Voir tous les textes de : Brosse-Genevet E. | Brunschwig G. | Dumontier A. | Garde L.

    Voir tous les textes dans les thèmes : Ovins à viande | Pastoralisme | Systèmes d’élevage

    Autres textes des

    3R 2007 - Séance :

    Pastoralisme

    Qualifier les surfaces pastorales pour combiner le renouvellement des ressources alimentaires et la maîtrise des couverts végétaux. Acquis, enjeux et questions actuelles 

    GUERIN G., AGREIL C.

    L’espace est fini ! Vive la sédentarisation ? Innovations et développement durable en question chez les pasteurs des zones cotonnières d’Afrique de l’ouest et du centre 

    DONGMO A.L., DJAMEN P., VALL E., KOUSSOU M.O., COULIBALY D., LOSSOUARN J.

    La broussaille, un atout pour le pâturage 

    ROUDAUT F., AUSSIBAL G., BEYLIER B., GARDE L., GAUTIER D.

    Mise en place d’une contractualisation agri-environnementale basée sur le respect de résultats écologiques mesurables. Le cas des surfaces herbagères du PNR du Massif des Bauges 

    MESTELAN P., AGREIL C., de SAINTE MARIE C., MEURET M., MAILLAND-ROSSET S.

    Protection des troupeaux et gestion pastorale : un compromis souvent difficile pour les exploitations ovines allaitantes des montagnes méditerranéennes françaises 

    GARDE L., BATAILLE J.F., DIMANCHE M., DUME A., LAPEYRONIE P., LASSEUR J., SILHOL A.

    Une grille de lecture pour comparer les transformations des systèmes d’élevage et des territoires et évaluer la faisabilité de leur modélisation générique dans un contexte de changement globalisé 

    ICKOWICZ A., GIBON A., TOURRAND J.F.

    Pastoralisme en Algérie : systèmes d’élevage et stratégies d’adaptation des éleveurs ovins  

    KANOUN A ., KANOUN M., YAKHLEF H., CHERFAOUI M.A.

    Liens entre troupeaux et familles chez les Peuls du Ferlo : indicateurs socio-économiques des mutations de l’élevage pastoral 

    ANCEY V., ICKOWICZ A., MANOLI C., MAGNANI S.

    Affiche • Incidences agro-pastorales du développement des cultures irriguées de contre-saison en zone "Office du Niger" (Mali) 

    CORNIAUX C., SANGARE Y.

    Affiche • Végétation consommée par les chevreaux sur parcours au Mont Liban 

    HAJJ E., HILAN C., HANNA S., ABI SAAB S.

    Affiche • Etape de modélisation des déplacements et des choix alimentaires de troupeaux bovins en libre pâture sur parcours agropastoraux en Casamance (Sénégal) 

    CHIRAT G., ICKOWICZ A., BOCQUIER F.

    Affiche • Pâturer des parcours hétérogènes avec des ovins : bilan de l’application de la méthode du secteur pilote 

    DEMARQUET F., ROMAGNY T., GAUTIER D., GUERIN G.

    Affiche • Approche multi-usage de la montagne : une expérience pluridisciplinaire au Pays Basque 

    LASSALLE D., ARRANZ J-M., GASCOUAT P., CAMBOU C.

    Affiche • Elevage bovin laitier dans les Andes sèches du Pérou : une combinaison d’usages intensif des luzernières irriguées et extensif des parcours 

    AUBRON C., BRUNSCHWIG G., MORLON P.

    Affiche • Regards croisés sur la gestion des élevages pastoraux en conditions de milieu difficiles : analyse de cas dans les Andes centrales péruviennes, la steppe mongole et l’Atlas marocain  

    BRUNSCHWIG G., DEVIENNE S., BOURBOUZE A.

  • Secrétariat 3R - MNE - 149 rue de Bercy 75595 Paris cedex 12

    Tél : 06 46 77 02 41 - Courriel : 3R@idele.fr - Fax : 01 40 04 52 80

    © INRA-Institut de l'Elevage 2006-2017, tous droits réservés