Tous les textes des 3R

Santé et stratégies sanitaires

Bovins à viande | Conduite d’élevage | Santé animale

Relations entre les performances de croissance et l’occurence des troubles respiratoires chez les veaux Charolais non sevrés dans les systèmes naisseurs-engraisseurs des Pays de la Loire.

S. ASSIE, L. DELOBEL, H. SEEGERS, F. BEAUDEAU

UMR ENV Nantes-INRA Gestion de la Santé Animale, ENV Nantes, BP 40706, 44307 Nantes Cedex 03

RESUME

Le but de l’étude était de mesurer d’une part les performances de croissance sur le risque de survenue de troubles respiratoires, d’autre part les effets de ces troubles sur la croissance ultérieure des veaux charolais non sevrés en Pays de la Loire. Des données concernant les traitements pour troubles respiratoires et les performances de croissance ont été collectées pour 3516 veaux répartis dans 111 bâtiments de septembre 1999 à mars 2000. L’analyse statistique a été conduite au moyen de modèles de régression multivariés. Trois catégories de veaux ont été considérées : les veaux traités et 2 types de témoins : les contemporains non traités de bâtiment hébergeant au moins un veau atteint et les contemporains non traités de bâtiments n’hébergeant pas de veau traité pour maladie respiratoire. L’incidence de trouble respiratoire a été de 1,53 cas p. 1000 veauxjours d’exposition au risque. Par rapport à des rythmes de croissance intermédiaires (0,6 < GMQ < 1,2kg/j), seuls les veaux avec de faibles performances (<0,6 kg/j) sur les premières semaines de vie, ont présenté un excès de risque de survenue de trouble respiratoire (OR=2,16). Par rapport à des animaux non traités dans des bâtiments sans veau traité, les veaux traités accusaient, pour le poids à âge type de 150 jours, un retard d’environ 16, 10 et 8 kg pour des maladies survenant, respectivement, avant l’âge de 45 jours, entre 45 et 90 jours et entre 90 et 150 jours. Les veaux contemporains de veaux traités dans le même bâtiment présentaient un retard de 5 kg à 150 jours. Ces résultats mettent en avant l’effet facteur de risque associé aux faibles GMQ indépendamment du poids à la naissance et du rang de vêlage de la mère, ce qui conduit, en particulier, à faire l’hypothèse d’un impact des autres maladies du jeune veau (notamment des gastro-entérites). Ceci souligne la nécessité d’une prévention correcte de l’ensemble des maladies du jeune âge, tant digestives que respiratoires. Le fait que des retards de croissance s’observent aussi chez les animaux non traités contemporains de lot d’animaux traités suggère, quant à lui, l’existence de formes frustes ou subcliniques.

Bovins à viande | Conduite d’élevage | Santé animale

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière