Tous les textes des 3R

Qualité des produits

Bovins à viande | Génétique | Qualité viande

Une isoforme de chaîne lourde de myosine particulière, variable entre les races à viande bovines

PICARD B. (1), ALLAIS S. (2, 3), JURIE C. (1), LEVEZIEL H. (4), JOURNAUX L. (3), RENAND G. (2)

(1) INRA UR1213, Unité de recherches sur les herbivores, Theix, 63122 Saint-Genès-Champanelle

(2) INRA, UR1313 Unité de génétique animale et biologie intégrative, 78352 Jouy-en-Josas

(3) UNCEIA, MNE, 149 rue de Bercy, 75595 Paris Cedex 12

(4) UMR1061, Unité de génétique moléculaire animale, INRA Université de Limoges, Faculté des sciences et techniques, 87060 Limoges Cedex

INTRODUCTION

L’isoforme de chaîne lourde de myosine IIb (MyHC IIb) , considérée selon la bibliographie comme non exprimée dans le muscle squelettique de bovin, exception faite du muscle extra-oculaire, a été observée dans les muscles Semitendinosus et Longissimus thoracis de certains taurillons de race Blonde d’Aquitaine (Picard et Cassar-Malek, 2008). Les taurillons présentant cette isoforme étaient tous descendants d’un même géniteur, le taureau Hiver. De plus, ils montraient des notes de tendreté et de jutosité (estimées par un jury d’analyse sensorielle), plus élevées que les taurillons des mêmes lots. L’objectif de cette étude était d’une part de rechercher cette isoforme sur un large effectif d’animaux des trois principales races à viande françaises : Blonde d’Aquitaine (BA), Charolaise (Ch) et Limousine (Li), et d’autre part de vérifier la relation entre la présence de cette isoforme et la tendreté de la viande.

Bovins à viande | Génétique | Qualité viande

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière