Tous les textes des 3R

Travail

Caprins | Traite | Travail

Conduite en monotraite chez la chèvre alpine : application dès la mise bas ou après une à trois semaines de traite biquotidienne ou de conduite mixte monotraite / tétée ?

KOMARA M., MARNET P.G.

UMR 1080, INRA-AGROCAMPUS OUEST production du lait, domaine de la Prise, 35590 Saint Gilles, France

RESUME

Différentes modalités et durées de conduite de traite des chèvres, avant application de la monotraite, ont été testées pour réduire l’impact négatif de la monotraite sur la production laitière. Sur les six premiers mois de lactation la différence entre les lots en monotraite et traite biquotidienne fut plus élevée qu’à l’accoutumée (-33,3 %) en particulier chez les primipares comparées aux multipares (-39,3 % vs. -27,6 %). La traite biquotidienne et la conduite mixte monotraite / tétée avant le passage en monotraite réduisent significativement la perte en lait au passage en monotraite (-20,7 à -25,2 % de perte respectivement) et gomment les différences entre parité. Par rapport au lot en traite biquotidienne, aucune des conduites testées n’a eu d’impact sur le taux butyreux, le taux de lactose et la concentration en cellules somatiques, mais toutes ont donné un enrichissement du taux protéique, équivalent quelle que soit la conduite pré-monotraite. La durée d’application de la traite biquotidienne ou de la conduite mixte (une ou trois semaines) n’a pas eu d’effet significatif, suggérant qu’une semaine de traitement serait déjà suffisante, y compris pour les primipares qui en profitent le plus.

Caprins | Traite | Travail

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière