Tous les textes des 3R

Génétique

Bovins laitiers | Génétique

Mise en place d’une évaluation génétique sur les caractères laitiers à partir des performances élémentaires en remplacement des données lactation en race bovine

LECLERC H. (1), BARBAT-LETERRIER A. (2), DUCROCQ V. (2)

(1) Institut de l’élevage, département génétique, bâtiment 211, 78 352 Jouy-en-Josas Cedex

(2) UMR1313 INRA, génétique animale et biologie intégrative, 78 352 Jouy-en-Josas Cedex

RESUME

Les modèles d’évaluation génétique des caractères de production laitière et de comptages cellulaires chez les bovins ont considérablement évolué depuis dix ans. La plupart des grands pays laitiers ont mis en place des évaluations exploitant directement la production enregistrée à chaque contrôle par le contrôle laitier au lieu de la production cumulée en 305 jours. En France, ce changement est prévu en 2010 pour les races Prim’Holstein, Montbéliarde et Normande. Le principal intérêt des modèles de contrôles élémentaires réside dans une meilleure prise en compte des effets systématiques de l’environnement de chacun des contrôles, notamment à travers l’effet troupeau – jour de contrôle qui caractérise l’effet commun à tous les animaux présents dans un troupeau le jour du contrôle (alimentation, logement, météorologie, …) La France a fait le choix d’un modèle original par sa simplicité d’interprétation et sa flexibilité d’utilisation. Les courbes de lactation sont décomposées en une somme d’effets propres à la vache (caractéristiques génétiques et non génétiques) et d’environnement (troupeau, race, région, rang de lactation, âge et mois de vêlage, durée de tarissement, gestation, …) Ces effets sont calculés pour les stades de lactation de 7 à 335 jours des trois premières lactation et sont corrigés pour tous les autres facteurs de variation ce qui les rend directement interprétables. D’un point de vue génétique, l’intérêt de cette nouvelle évaluation est de disposer d’une information sur la persistance de la production laitière au cours de la lactation en plus du niveau de production classiquement estimé. Ce modèle est informatiquement très coûteux compte tenu de son niveau de sophistication et du nombre considérable de données élémentaires à analyser simultanément (plus de 170 millions de données en race Prim’Holstein). Les barrières techniques, qui ont longtemps repoussé sa mise en œuvre, sont maintenant franchies. Ce modèle offre de nombreuses perspectives, notamment liées à une possible valorisation des résultats en appui technique, comme l’ont mis en évidence les pays utilisant ce type de modèle.

Bovins laitiers | Génétique

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière