Tous les textes des 3R

Détection des chaleurs

Bovins laitiers | Conduite d’élevage | Reproduction

Approche opérationnelle de la détection des chaleurs dans les exploitations bovines en Wallonie. Collecte de données et bilan des chaleurs

KNAPP E. (1), CHAPAUX Ph. (2), ISTASSE L. (1), DUFRASNE I. (1), TOUATI K. (3)

(1) Université de Liège, Faculté de Médecine Vétérinaire, Service de Nutrition, Bd de Colonster 20 B43, 4000 Liège

(2) Association Wallonne de l’Elevage, chemin du Tersoit 32, 5590 Ciney

(3) Université de Liège, Faculté de Médecine Vétérinaire, Pôle Ruminant-Porcs, Bd de Colonster 20 B42, 4000 Liège

INTRODUCTION

Des chaleurs « visibles » et « vues » sont certainement un des premiers critères de réussite à l’insémination. Malheureusement, en 30 ans, la durée des chaleurs s’est réduite de 15 h en 1976 à 7h en 2004 (Esslemont et Bryant, 1976 ; Lopez et al., 2004 ) et le signe clé que constitue la monte passive ne représente plus que 37% des signes observés (Van Eerdenburg, 2006). Ensuite, de par l’évolution des structures d’élevage, les éleveurs ont moins de temps à consacrer à la détection des chaleurs. Beaucoup de chaleurs ne sont donc pas détectées et lorsqu’elles le sont, le choix du moment optimal de l’insémination n’est pas toujours chose aisée.
Afin d’aider l’éleveur et le vétérinaire/inséminateur à mieux détecter et interpréter les chaleurs, un logiciel développé par Corilus, permettant la collecte des signes des chaleurs et un bilan a été développé. Il complète le logiciel de suivi de troupeau online (Cinnaber) dont sont équipés les PDA des inséminateurs de l’Association Wallonne de l’Elevage (Knapp et al., 2008).

Bovins laitiers | Conduite d’élevage | Reproduction

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière