Tous les textes des 3R

Economie - Prospective

Bovins à viande | Bovins laitiers | Economie | Europe | Systèmes d’élevage

Le compromis de Luxembourg : du découplage total au découplage partiel ? Enjeux et premières analyses dans le secteur de l’élevage.

J.Cl. GUESDON, C. PERROT

Institut de l’Elevage, 149, rue de Bercy, 75595 PARIS Cedex 12

avec la collaboration de l’Unité de programmes Economie de l’exploitation de l’Institut de l’Elevage

RESUME

Le 26 juin dernier, l’Union européenne décidait de nouveau de réformer son système de soutien à l’Agriculture européenne. Quelles sont les caractéristiques et les mécanismes fondamentaux de cette réforme ? Quels en sont les enjeux pour l’élevage français et européen dans le contexte d’équilibre de marché prévisible à moyen terme ? Ce sont ces questions que traitent les premières analyses et simulations réalisées au sein de l’Institut de l’Elevage à partir des données RICA et Réseaux d’élevage. Nous en reprenons ici les points essentiels qui devront être validés et complétés au fur et à mesure de la mise en œuvre de cette réforme échelonnée dans le temps et largement "à la carte". Cette réforme dite du découplage présente en effet la grande originalité de se décliner en fonction d’options nationales (du découplage total aux différentes formes de découplage partiel, voire régional après mutualisation éventuelle de tout ou partie des aides entre exploitations) et de s’appliquer au choix des Etats entre 2005 et 2007. L’impact sur les quatre grands secteurs d’activité observés - la production ovine, l’activité allaitante naisseur, l’activité engraissement et le secteur bovin laitier - sera largement fonction des choix faits en matière de découplage/recouplage. Quels que soient les choix retenus, une hiérarchie d’impact semble toutefois évidente : le secteur laitier qui subit à la fois une réforme radicale du découplage puisqu’il sera total et une réforme de l’OCM lait, avec un fort recul du soutien par les prix, sera particulièrement concerné. De même l’activité d’engraissement, maillon faible de la filière allaitante française peut se trouver encore affaiblie par cette réforme, alors qu’un recouplage total ou partiel des primes liées aux secteurs allaitants naisseurs bovins et ovins pourrait stabiliser ces productions.

Bovins à viande | Bovins laitiers | Economie | Europe | Systèmes d’élevage

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière