Tous les textes des 3R

Elevage bio

Bovins à viande | Elevage biologique

Autonomie alimentaire en élevage bovin viande biologique : 10 années d’observations

PELLETIER P. (1), BRANDON G. (2), FOUSSIER T. (3)

(1) ARVALIS – Institut du végétal – Ferme Expérimentale des Bordes, 36120 Jeu-les-Bois
(2) retraité d’ARVALIS – Institut du végétal – Ferme Expérimentale des Bordes, 36120 Jeu-les-Bois
(3) OIER des Bordes – Ferme Expérimentale des Bordes, 36120 Jeu-les-Bois

RESUME - Afin de répondre au besoin de références en système bovin allaitant, la Ferme Expérimentale des Bordes à
Jeu-les-Bois dans l’Indre étudie depuis 2001 un système bovin viande conduit en agriculture biologique. Les objectifs sont d’être autonome au niveau alimentaire et de valoriser les animaux dans la filière bio. Cela signifie de finir les mâles et de vendre grasses ou pleines selon la demande du marché les vaches de réforme et génisses. Pour les mâles, le choix s’est porté vers l’engraissement de bœufs de 38 mois, production qui valorise bien les surfaces en herbe de l’exploitation. Avec 57 hectares dont 50 en herbe, un troupeau de 23 vaches limousines est conduit en système naisseur-engraisseur. Avec 61 UGB en moyenne, le chargement est élevé pour la région : 1,07 UGB/ha SAU et 1,22 UGB/ha d’herbe. Dans un système essentiellement herbager, l’autonomie fourragère est la composante principale de l’autonomie alimentaire. Les résultats obtenus montrent que l’autonomie fourragère est atteinte 7 années sur 9, avec une moyenne de 2,02 t MS récoltées par UGB, le seuil pour atteindre l’autonomie se situant à 1,8 t MS/UGB. La gestion rigoureuse du pâturage avec la méthode Herbo-LIS® et 10 ha de prairies multi-espèces productives, fauchées deux fois puis pâturées, sont deux éléments importants pour atteindre cette autonomie. L’autonomie en concentrés n’est atteinte qu’à hauteur de 85 %, dans la mesure où un achat moyen annuel de 37 qx de céréales ou de concentrés azotés s’est avéré nécessaire pour satisfaire les besoins du troupeau. La production de bœufs à 38 mois s’est réalisée depuis le début de l’étude et a perduré grâce à un débouché vers des boucheries traditionnelles, par l’intermédiaire d’un acheteur local recherchant des carcasses lourdes et bien finies, d’un poids compris entre 450 et 500 kg.

Bovins à viande | Elevage biologique

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière