Tous les textes des 3R

Phénotypage

Bovins laitiers | Phenotypage

L’expression d’ADIPOR2 varie en fonction de la fertilité et de la mobilisation des réserves adipeuses chez la vache laitière

ELIS S. (1), COYRAL-CASTEL S. (1,2), FRERET S. (1) RAME C. (1), DESMARCHAIS A. (1), COGNIE J. (1), BRIANT E. (1), MAILLARD V. (1), DUPONT J. (1)
(1) INRA, UMR85 Physiologie de la Reproduction et des Comportements, 37380 Nouzilly
(2) Institut de l’Elevage, Département GIPSIE, 149 rue de Bercy, 75595 Paris Cedex 12

INTRODUCTION

La fertilité des vaches laitières hautes productrices, de race Holstein, a beaucoup diminué au cours des dernières décennies. La plupart des auteurs s’accordent à penser que cette baisse est due à de nombreux facteurs (physiologiques, génétiques et environnementaux). En début de lactation, l’ingéré des vaches laitières est limité, elles mobilisent donc fortement leurs réserves énergétiques adipeuses afin d’assurer leur production de lait. Afin de comprendre l’impact des réserves adipeuses sur cette baisse de fertilité, nous étudions le tissu adipeux de 2 groupes de vaches Prim’Holstein qui diffèrent par l’haplotype favorable Fertil+ ou défavorable Fertil- pour un QTL de fertilité femelle localisé sur le chromosome 3. Le taux de réussite après la première insémination artificielle est plus élevé chez les primipares Fertil+ que chez les Fertil- (69% contre 39%, 35 jours après l’IA) (Coyral-Castel et al. 2011).

Bovins laitiers | Phenotypage

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière