Tous les textes des 3R

Environnement

Bovins à viande | Environnement | GES - gaz à effet de serre

Efficacité énergétique et émissions de GES de systèmes d’élevage bovin viande en Amazonie

CLERC A.S. (1), BONAUDO T. (1), NAHUM B. (2), DIAS DE CASTRO R. (2), POCCARD-CHAPUIS R. (3)
(1) AgroParisTech, UMR 1048 SAD-APT, 16 rue Claude Bernard, F-75231 Paris, France
(2) Embrapa Amazônia Oriental, Tv Enéas Pinheiro s/n, Belém, Pa, CEP 66095-100 7, Brésil
(3) CIRAD, UMR 0868 SELMET, Embrapa Amazônia Oriental, Tv Enéas Pinheiro s/n, Belém, Pa, CEP 66095-100 7, Brésil

RESUME
L’élevage au Brésil, 1er exportateur mondial de viande, serait responsable de plus de 75% des déforestations et 19% des émissions nationales de gaz à effet de serre (GES). L’objectif de notre étude est de mettre au point une première méthode de calcul d’efficacité énergétique et d’émissions de GES des systèmes d’élevage amazoniens, en se basant sur la méthode Planète. Une révision de l’ensemble des coefficients énergétiques et des facteurs d’émission de GES ainsi que l’ajout de certaines rubriques ont permis d’élaborer un logiciel de calcul adapté au contexte régional. Six systèmes d’élevage bovin allaitants ont été étudiés lors d’enquêtes directes : un naisseur, trois engraisseurs et deux naisseurs-engraisseurs avec des troupeaux compris entre 650 et 3700 têtes, des charges instantanées variables, liées à des gestions de pâturage et des pratiques alimentaires très diversifiées. Les consommations d’énergie sont en moyenne de 9 724 MJ/t poids vif/an (min=4 019 MJ/t, max=15 243 MJ/t). Les principaux postes, responsables de 56% à 93% des consommations d’énergie, sont les achats d’aliments, la fertilisation des pâturages et l’achat de carburant (et d’animaux pour les engraisseurs). Ces systèmes d’élevage basés sur des ressources herbagères abondantes, utilisant peu d’intrants et d’infrastructures sont peu consommateurs d’énergie, comparés aux autres systèmes dans le monde. Les différences d’efficacité énergétique sont liées à l’efficacité productive végétale et animale et non au degré d’intensité d’utilisation des intrants. Les émissions de GES sont importantes, en moyenne de 19,8 t eq CO2/ t poids vif/ an (min= 11,2 t eq CO2/t, max= 40,5 t eq CO2/t). La déforestation avec un amortissement linéaire sur 20 ans représente de zéro jusqu’à 75% des émissions totales. Nous avons aussi montré l’intérêt environnemental de systèmes productifs intégrant agriculture et élevage. Ces résultats à l’échelle des exploitations participent de la prise de conscience individuelle des éleveurs et renforcent les engagements locaux pour la « déforestation zéro ». La comparaison avec d’autres systèmes d’élevage dans le monde souligne l’intérêt d’une production animale maitrisée, en matière de déforestation et d’intensification, sous les tropiques humides. Plus largement cette étude montre la validité de cette méthode et devrait permettre de généraliser ces bilans.

Bovins à viande | Environnement | GES - gaz à effet de serre

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière