Tous les textes des 3R

Alimentation

Alimentation | Environnement | Pâturage | Ruminants (général)

Meta-analyse des caractéristiques des pâturages tropicaux en vue d’une meilleure valorisation par les ruminants

BOVAL B. (1), COPPRY O. (2), FLEURY J. (2), SAUVANT D. (3)
(1) INRA – URZ, Domaine de Duclos, 97170 Petit-Bourg, Guadeloupe
(2) INRA – UE-PTEA, Domaine de Duclos, 97170 Petit-Bourg, Guadeloupe
(3) INRA – UMR MoSAR-AgroParisTech, 16, rue Claude-Bernard, 75231 Paris Cedex 05

RESUME – En vue d’identifier les caractéristiques des prairies stimulant le plus la préhension du fourrage sur pied et une bonne alimentation au pâturage, une base de données a été constituée (n = 252) à partir de mesures issues de 7 essais différents. Cette base comporte des valeurs individuelles de l’ingestion de la matière organique (MOI, kg MO/jour), de la digestibilité de la MO (DMO), des quantités ingérées digérées (MODI) et du gain de croît (GMQ g/jour), combinées à des mesures des caractéristiques des prairies : biomasse, hauteur, longueurs des tiges et feuilles et leurs proportions, teneurs en matières azotées et fibres. Au cours de ces essais des modalités de conduites simples ont été testés en inter ou intra-expérience, tels les stades de repousse, les niveaux de fertilisation, ou les surfaces pâturées combinées à d’autres facteurs comme la saison, la période expérimentale ou l’individu. Cette base a été étudiée à divers niveaux, en inter et intra-essais, en intra traitements et intra-période ; et à chacun de ces niveaux nous avons analysé (i) les caractéristiques prairiales via des ACP ii) les sources de variation des axes, (iii) les corrélations entre MOI, DMO et MODI avec les différents axes et le lien avec le GMQ. Les résultats ont été très stables aux différents niveaux d’analyse. La variabilité des 1ers axes des diverses ACP (de 46-36% de la variance) a surtout été due à des caractéristiques physiques, les longueurs de tige ou longueurs étirées des plants et la biomasse. Les 2nds axes (environ 19,5%) ont plutôt traduit des caractéristiques plus qualitatives et chimiques, les fractions de débris et la teneur en fibres d’un côté et la fraction de feuilles et la teneur en azote, de l’autre côté. MOI et MODI ont été principalement corrélés au 1ers axes (P <0,001), tandis que DMO a été surtout liée aux 2nds axes (P <0,001). MOI n’a pas été corrélée à DMO mais davantage à MODI, indicateur majeur du GMQ (GMQ (g/j)= -26,7 + 0,618 MODI, ETR = 1,91, P <0,001). Le stade de repousse a été une modalité simple et efficace pour améliorer la MODI, ainsi que la fertilisation minérale, plus coûteuse, mais qui peut être remplacée par la fertilisation organique. La gestion des surfaces proposées peut également constituer un levier efficace, mais les caractéristiques du fourrage proposé doivent être prises en compte.

Alimentation | Environnement | Pâturage | Ruminants (général)

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière