Tous les textes des 3R

Reproduction

Bovins laitiers | Reproduction

Intérêt du dosage de la progestérone dans le lait lors des premiers contrôles laitiers pour prédire la cyclicité des vaches laitières après vêlage

CUTULLIC E. (1,2,3), DELABY L. (1,2), GALLARD Y. (4), DISENHAUS C. (1,2)
(1) INRA, UMR 1348 PEGASE, 35590 St-Gilles, France
(2) Agrocampus-Ouest, UMR 1348 PEGASE, 35000 Rennes, France
(3) Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires, 3052 Zollikofen, Suisse
(4) INRA, UE326 Domaine expérimental du Pin-au-Haras, 61310 Exmes, France

RESUME
L’augmentation des anomalies de cyclicité a été observée chez la vache laitière dans différents systèmes laitiers, principalement en race Holstein. Le dosage de la progestérone en routine dans le lait est amené à se développer et pourrait permettre l’identification des animaux qui présentent un retard de reprise, une interruption de cyclicité ou une phase lutéale prolongée (PLP). L’objectif de cette étude est d’évaluer la prédictibilité du type de profil de cyclicité à partir de données zootechniques et du dosage de la progestérone lors des deux ou trois premiers contrôles laitiers. Les profils de cyclicité associés à 380 lactations de vaches Holstein et Normande conduites dans deux stratégies d’alimentation contrastées ont été utilisés. Des contrôles laitiers espacés de 4-5 ou 5-6 semaines ont été simulés, les performances zootechniques recalculées et la concentration en progestérone estimée. Des indicateurs de cyclicité basés sur la proportion ou la séquence de points positifs (PAL ou SAL) ont été calculés. Des régressions logistiques incluant ces indicateurs et les caractéristiques zootechniques ont été établies pour prédire les différentes anomalies. Les retards de reprise de cyclicité peuvent être détectés avec une sensibilité de 92 % et une spécificité de 76 % dans un modèle incluant la SAL sur les deux premiers contrôles, la note d’état corporel au vêlage et la parité. Les PLP sont plus difficilement caractérisables, avec une sensibilité de 73 % et une spécificité de 75 % pour un modèle incluant la PAL sur 100 jours, l’intervalle vêlage - premier contrôle, le rapport taux protéique sur taux butyreux minimal et la race. A la fréquence des contrôles laitiers, quel que soit l’indicateur utilisé, la prédiction à l’échelle de l’individu reste difficile mais peut s’affiner par des variables zootechniques.

Bovins laitiers | Reproduction

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière