Tous les textes des 3R

Systèmes d’élevage

Bovins laitiers | Economie | Environnement | Systèmes d’élevage

Comparaison des performances économiques et environnementales de fermes laitières biologiques et conventionnelles en Europe du Nord-Ouest

GRIGNARD A. (1), STILMANT D. (1), OENEMA J. (2), TIRARD S. (3), DEBRUYNE L. (4), HENNART S. (1), BOONEN J. (5) and partners of DAIRYMAN project

(1) Département Agriculture et Milieu naturel ; Unité Systèmes agraires, Territoire et Technologies de l’information ; Centre wallon de Recherches agronomiques – CRA-W ; Rue du Serpont 100, 6800 Libramont, Belgique ; Tél : 0032(0)61231010, mail : s.hennart@cra.wallonie.be

(2) Wageningen UR Livestock Research ; Postbus 65, 8200 AB Lelystad, Pays-Bas

(3) Chambre Régionale d’Agriculture de Bretagne ; Technopôle Atalante-Champeaux CS 74 223 35042 Rennes, France

(4) Landbouw en Maatschappij ; Instituut voor Landbouw en Visserijonderzoek ; Burg. Van Gansberghelaan 115 bus 2, 9820 Merelbeke, Belgique

(5) Lycée Technique Agricole ; avenue Salentiny, 72, 9080 Ettelbruck, Luxembourg

RESUME

Dans le contexte actuel de l’instabilité des marchés, du verdissement de la Politique Agricole Commune et des exigences sociétales croissantes, les éleveurs doivent d’être proactifs. Par conséquent, des efforts sont nécessaires pour améliorer la gestion des ressources dans les fermes afin de minimiser les coûts de production et les impacts environnementaux. Dans ce contexte, les systèmes conduits en respectant le cahier des charges de l’agriculture biologique (SB) sont souvent identifiés comme étant des pionniers dont pourraient s’inspirer les exploitations conventionnelles (SC). C’est ce que nous avons souhaité explorer au sein d’un groupe de fermes laitières issues du réseau Dairyman (126 fermes laitières pilotes en Europe du Nord-Ouest). Huit fermes biologiques et leur 8 homologues conventionnels ont ainsi été sélectionnés. Les paires de fermes ont été choisies pour être les plus semblables possibles sur base des données structurelles au sein d’une même région (Flandres, Wallonie, Bretagne, Luxembourg, Hollande). Les résultats environnementaux (balance minérale et gaz à effet de serre) et économiques (revenus, coûts, etc.) ont été comparés sur la base d’une analyse de la variance. D’un point de vue environnemental, les SB ont été identifiés comme plus performants avec de moindres pertes d’azote par hectare (66,5 ± 32,4 N kg/ha vs 135,0 ± 51,1 N kg/ha, p < 0,001) et une réduction des émissions de GES tant par ha (6 930,8 ± 3 468,1 kg CO2 eq./ha vs 13 118,9 ± 5 979,7 kg CO2 eq./ha, p < 0,001) que par tonne de lait (1 024,3 ± 179,6 kg CO2 eq./tonne de lait vs 1 269,0 ± 360,1 kg CO2 eq./tonne de lait, p < 0,1). D’un point de vue économique, le lait provenant des SB estvendu à un prix plus élevé (0,40 ± 0,04 €/kg de lait vs 0,31 ± 0,02 €/kg de lait). Ce qui permet des revenus par unité de travail (UT) meilleurs pour les SB (SB : 46 608 ± 21 254 €/UT vs SC : 32 467 ± 13 976, p < 0,05). Cependant, les revenus exprimés par ha fournis par les deux systèmes sont similaires. Cela peut, en partie, s’expliquer par des coûts de structure plus importants dans les systèmes en agriculture biologique (plus gros troupeau et plus de surface pour des productions équivalentes) et par plus de revenus provenant de cultures vendues pour les systèmes conventionnels alors que les systèmes biologiques sont généralement très spécialisés. Ces résultats soulignent l’intérêt des systèmes biologiques qui concilient performances et efficiences économiques et environnementales.

Bovins laitiers | Economie | Environnement | Systèmes d’élevage

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière