Tous les textes des 3R

Capacité d’adaptation des exploitations d’élevage

Capacité d’adaptation | Conduite d’élevage | Ruminants (général)

Evaluation quantitative de la robustesse des animaux et du troupeau : quels principes retenir ?

BLANC F. (1,2), OLLION E. (1, 2, 7), PUILLET L. (3,4), DELABY L. (5,6), INGRAND S. (7), TICHIT M. (8 ,9), FRIGGENS N.C. (3,4)

(1) Clermont Université, VetAgro Sup, UMR 1213 Herbivores, BP 10448, F-63000 Clermont-Ferrand, France

(2) Inra, UMR1213 Herbivores, F-63122 Saint Genès Champanelle, France

(3) Inra, UMR 791 MoSAR, F-75231 Paris, France

(4) AgroParisTech, UMR 791 MoSAR, F-75231 Paris, France

(5) Inra, UMR 1348 Pegase, 35590 St-Gilles, France

(6) Agrocampus-Ouest, UMR 1348 Pegase, 35000 Rennes, France

(7) Inra, UMR 1273 Métafort, F-63122, Saint-Genès-Champanelle, France

(8) Inra, UMR 1048 Sadapt, F- 75231 Paris, France

(9) AgroParisTech, UMR 1048 Sadapt, F- 75231 Paris, France

RESUME

La capacité des élevages de ruminants à faire face aux perturbations de leur environnement est une composante essentielle de leur durabilité. Cette aptitude repose d’une part sur la robustesse des animaux, c’est-à-dire leur capacité à faire face à des perturbations, et d’autre part sur les décisions de conduite de l’éleveur qui orientent et influencent les trajectoires productives des animaux. Si le concept de robustesse a été largement abordé dans la littérature, il reste toutefois peu opérationnel en pratique car sa mesure est complexe et la recherche d’indicateurs quantifiables n’a fait l’objet que de peu de travaux jusqu’à présent. Cette synthèse discute et propose quelques principes importants à considérer afin d’aboutir à une évaluation quantitative de la robustesse à deux niveaux d’organisation : l’animal et le troupeau. Concernant l’animal, nous montrons qu’il est pertinent d’évaluer la robustesse en explorant de façon conjointe différentes composantes de la performance (production laitière, mobilisation des réserves corporelles, fertilité) susceptibles d’être déviées sous l’effet d’une perturbation ou en situation d’environnement contraignant. La relation entre le potentiel génétique et la robustesse est également discutée, en utilisant la notion de compromis entre fonctions. Pour illustrer cet objectif, les perturbations retenues sont surtout de nature alimentaire. Au niveau du troupeau, nous discutons de l’intérêt de faire cohabiter des animaux ayant des types de robustesse différents pour accroître sa capacité à faire face à des perturbations inattendues, de natures et d’amplitudes différentes.

Capacité d’adaptation | Conduite d’élevage | Ruminants (général)

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière