• Plan | Infos légales-Crédits | Espace privé
  • Pour une nutrition azotée de précision : le fractionnement isotopique de l’azote entre l’animal et son régime comme marqueur d’efficience d’utilisation de l’azote

    CANTALAPIEDRA-HIJAR G. (1), FOUILLET H. (2), SEPCHAT B. (1), CHANTELAUZE C. (1), KHODOROVA N. (2), AGABRIEL J. (1), ORTIGUES-MARTY I. (1).

    (1) INRA UMR1213 Unité de Recherches sur les Herbivores, Theix, F63122 St Genès Champanelle (2) UMR914 INRA-AgroParisTech PNCA, AgroParisTech, 16 rue Claude Bernard, 75005 Paris

    INTRODUCTION

    L’efficience d’utilisation de l’azote (EUN ; N retenu ou sécrété dans le lait/N ingéré) est un facteur prépondérant de l’efficience alimentaire chez le ruminant et détermine l’importance des rejets azotés. Néanmoins, l’EUN est difficilement mesurable, d’où la nécessité de trouver de nouveaux outils permettant sa prédiction. L’abondance naturelle de l’isotope lourde de l’azote (?15N) dans les protéines d’un animal est toujours supérieure à celle présente dans son régime alimentaire. Ce fractionnement isotopique azoté (?15N = ?15Nanimal - ?15Nrégime) peut provenir de l’affinité plus élevée des enzymes impliquées dans le métabolisme microbien (rumen) ou animal (tissus) pour l’isotope léger de l’azote (14N ; Macko et al., 1986). Ceci expliquerait que les rejets d’azote (NH3 ruminal non assimilé et urée issue du catabolisme des acides aminés [AA]) soient appauvris en 15N et les protéines animales enrichies en 15N, et ce d’autant plus que les rejets azotés augmentent et que l’EUN diminue. L’objectif de ce travail est d’évaluer le potentiel du ?15N comme marqueur d’EUN et d’étudier les liens entre ?15N et flux métaboliques d’azote chez le ruminant.

    Télécharger le fichier PDF (298.4 ko)

    Voir tous les textes de : Agabriel J. | Cantalapiedra-Hijar G. | Chantelauze C. | Fouillet H. | Khodorova N. | Ortigues-Marty I. | Sepchat B.

    Voir tous les textes dans les thèmes : Données d’élevage | Elevage de précision | Ruminants (général)

    Autres textes des

    3R 2014 - Séance :

    Elevage de précision

    Elevage de précision : périmètre, applications et perspectives en élevage bovin 

    ALLAIN C, CHANVALLON A., CLEMENT P., GUATTEO R., BAREILLE N.

    Conséquences de l’élevage de précision sur le travail des éleveurs 

    HOSTIOU N., ALLAIN C., CHAUVAT S., TURLOT A., FAGON J.

    Détection des troubles de santé des vaches laitières par la mesure de leur température ruminale 

    BAREILLE N., VIDECOQ L., DAVIERE J.B., JOHAN M., GODIN S., LEYRAT-BOUSQUET E., LEMONNIER J.P., LAMY J.M., CHANVALLON A.

    Phénotypage de la robustesse des vaches allaitantes charolaises : la mesure échographique comme estimateur des réserves corporelles et de leurs variations 

    GIRAUD J-M., EGAL D., DE LA TORRE A., AGABRIEL J.

    Améliorer la mesure de l’état des réserves corporelles des vaches laitières en analysant la surface 3D du dos de la vache 

    FISCHER A., LUGINBUHL T., DELATTRE L., DELOUARD J-M., FAVERDIN P.

    Affiche • COW-notes, application d’aide à la notation des indicateurs de confort et d’alimentation des vaches laitières 

    LARRIVIERE G., REISDORFFER L., BESNIER P.

    Affiche • Relations entre variables accélérométriques mesurées sur des vaches dans quatre exploitations laitières 

    THORUP V-M., ERHARD H-W., ROBERT P-E., MUNKSGAARD L., FRIGGENS N-C.

    Affiche • Un potentiel indicateur phénotypique de la persistance de la lactation des vaches laitières : le nombre de cellules épithéliales exfoliées dans le lait 

    BOUTINAUD M., LOLLIVIER V., YART L., ANGULO ARIZALA J., LACASSE P., MARNET P-G., DESSAUGE F., QUESNEL H.

    Variations individuelles du comportement d’ingestion d’un ruminant. Application au phénotypage de chèvres laitières 

    GIGER-REVERDIN S., TESSIER J., DHUMEZ O., EYMARD A., DUVAUX-PONTER C.

  • Secrétariat 3R - MNE - 149 rue de Bercy 75595 Paris cedex 12

    Tél : 06 46 77 02 41 - Courriel : 3R@idele.fr - Fax : 01 40 04 52 80

    © INRA-Institut de l'Elevage 2006-2017, tous droits réservés