Tous les textes des 3R

Santé et Bien-être

Caprins | Santé animale

Réussite du transfert d’immunité passive et qualité du colostrum chez les caprins dans les Deux-Sèvres

EHRHARDT N. (1), CHAIGNEAU P. (2), JOURDAIN L. (3), BAUDRY C. (4)

(1) BRILAC, Agropole, CS 45002, 86 550 Mignaloux-Beauvoir
(2) GTV 79, 47 rue du Poitou, Centre Charmille, 79130 Secondigny
(3) SAPERFEL, Deux-Sèvres Conseil Elevage, 228 rue d’Andreolet, 79410 Echiré
(4) ANSES - Laboratoire de Niort, 60 rue de Pied-de-Fond - CS 284, 79024 NIORT cedex

RESUME

Le transfert d’immunité passive (TIP) chez les chevrettes de renouvellement et la concentration en anticorps des colostrums des chèvres laitières ont été estimés au cours de 2 enquêtes successives portant sur 2 échantillons différents, respectivement de 23 et 42 élevages des Deux-Sèvres, soit 416 chevrettes et 418 chèvres. L’échec du TIP, défini ici par une concentration sérique en IgG1 inférieure à 10 g/L, concernait 58% des chevrettes de l’échantillon. Il était souvent associé à l’utilisation de colostrums prélevés plus de 24 heures après la mise-bas et distribués sous forme de mélanges. La qualité des colostrums de première traite pourrait également expliquer la fréquence d’échec du TIP, indépendamment des pratiques de distribution, car la moyenne des concentrations en IgG1 des colostrums était seulement de 40g/L. Aucune pratique d’élevage ou caractéristique individuelle des chèvres n’a pu être clairement associée à la concentration en anticorps des colostrums, excepté un volume de colostrum de 1ère traite supérieur à 2 litres. Pour détecter les colostrums ayant une concentration supérieure à 40g/L, le réfractomètre utilisé avec un seuil à 24% BRIX avait une sensibilité de 87%, mais une spécificité de seulement 61%.

Caprins | Santé animale

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière