Tous les textes des 3R

Santé et Bien-être

Ruminants (général) | Santé animale

Sarcocystis hominis est fréquemment associé aux lésions de myosite éosinophilique chez les bovins

BERTIN M. (1), LEMIEUX D. (1), ROSSERO A. (1), ALBARIC O. (2), OUDOT N. (3), WILLEMSE C. (1), CHIESA F. (4). MAGRAS C. (1), CAPPELIER J.M. (1)

(1) Hygiène et Qualité des Aliments – SECALIM. Lunam Université. Oniris. Ecole nationale vétérinaire, agro-alimentaire, et de l’alimentation Nantes Atlantique. BP 40706. Nantes cedex 3, France.
(2) Histologie-Anatomie Pathologique. Lunam Université. Oniris. Ecole nationale vétérinaire, agro-alimentaire, et de l’alimentation Nantes Atlantique. BP 40706. Nantes cedex 3, France.
(3) Boviloire. 12 avenue Jean Joxé. 49103 Angers Cedex, France.
(4) Unversità degli Studi di Torino Dipartimento di Scienze Veterinarie Settore di Ispezione degli Alimenti di O.A.Grugliasco (TO), Italia.

RESUME

Chez les bovins, la myosite éosinophilique (ME) est une inflammation des muscles striés, se traduisant par l’apparition de nombreuses petites lésions multifocales grises-vertes, fusiformes à rondes, entraînant le plus souvent la saisie de toute la carcasse à l’abattoir. La ME est ainsi responsable d’une importante perte économique dans la filière viande bovine. À titre d’exemple, la prévalence de la ME chez les bovins abattus en Pays de la Loire atteint 0,086 %, en 2011, pour une perte estimée à 533 610 euros. La sarcosporidiose est une maladie parasitaire due au développement de coccidies kystogènes du genre Sarcocystis. Chez les bovins, la sarcosporidiose musculaire est le fait de 3 espèces : Sarcocystis cruzi, S. hirsuta et S. hominis. Ces espèces conduisent à la formation de kystes microscopiques dans les muscles striés. Plusieurs études expérimentales suggèrent que Sarcocystis spp. est responsable de la formation de lésions de ME. Cependant, le mécanisme pathogénique est à ce jour inconnu et bien que les lésions de ME soient relativement rares, la prévalence de la sarcosporidiose bovine est très élevée. L’objectif de cette étude était de connaître les espèces de Sarcocystis associées aux ME chez les bovins et de déterminer leur implication dans l’apparition de ces lésions. Ainsi, 305 prélèvements de muscles provenant de 75 animaux saisis pour ME à l’abattoir et de 31 animaux sains témoins ont subi une analyse histologique et une PCR multiplex afin d’identifier les espèces de Sarcocystis éventuellement présentes. Les prévalences de l’infection à Sarcocystis chez les animaux saisis (avec lésions de ME) et chez les animaux témoins (sans lésion de ME) sont très proches (90 % et 100 % respectivement). La race blonde d’aquitaine présente la prévalence de saisie pour ME la plus élevée. L’analyse histologique a montré que les kystes à paroi épaisse (S. hominis ou S. hirsuta) sont observés dans 66 % des prélèvements réalisés sur carcasses saisies et dans 19 % des prélèvements sur carcasses témoins. Les kystes à paroi fine (S. cruzi) sont observés dans 27 % des prélèvements sur carcasses saisies et dans 80 % des prélèvements sur carcasses témoins. La PCR Multiplex a montré que S. hominis et S. cruzi sont détectés dans respectivement 70 % et 7,5 % des prélèvements sur carcasses saisies et dans respectivement 32 % et 21 % des prélèvements sur carcasses témoins. Des doubles infections (à S. hominis et S. cruzi) ont été observées dans 23 % des prélèvements sur carcasses saisies et dans 47 % des prélèvements sur carcasses témoins, ce qui suggère qu’une co-infection n’est pas une condition nécessaire à la formation des lésions de ME. Ces résultats montrent que S. hominis est significativement plus fréquemment associée aux lésions de ME chez les bovins que S. cruzi, et que la réponse immunitaire provoquée par Sarcocystis pourrait dépendre de l’espèce ayant infecté l’hôte en premier.

Ruminants (général) | Santé animale

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière