Tous les textes des 3R

Les modèles au service de l’élevage

Les modèles au service de l’élevage | Ovins laitiers | Traite

Usage de la simulation pour une évaluation multi-échelle du passage à la monotraite en élevage ovin lait

LURETTE A. (1), DE BOISSIEU C. (2), MORIN E. (2), HASSOUN P. (1), PORTES D. (3), GUITARD J.P. (4), BARILLET F. (5), MOULIN C.H. (6)

(1) INRA, UMR 868 Selmet, 2 place Pierre Viala, 34060 Montpellier cedex 1
(2) Institut de l’Elevage, BP 42118, 31321 Castanet Tolosan cedex
(3) INRA, UE 321 Domaine de La Fage, 12250 Roquefort sur Soulzon, France
(4) Lycée professionnel agricole La Cazotte, 12 route de Bournac, 12400 Saint-Affrique
(5) INRA, UMR 1388 GenPhySE, 31326 Castanet-Tolosan, France
Montpellier SupAgro, UMR Selmet

RESUME

Nous présentons ici une démarche intégrant des connaissances empiriques et scientifiques afin d’évaluer ex ante l’impact d’un éventuel passage des élevages à la monotraite dans le Rayon de Roquefort. L’élaboration d’un simulateur informatique et de scénarii d’introduction de la monotraite sont fondés sur : (1) sept cas-types illustrant la diversité des conditions de production sur le Rayon ; (2) des résultats expérimentaux et un modèle de prédiction de production laitière ; (3) l’expertise des ingénieurs Réseaux d’élevage. Les scénarii individuels testés à l’échelle des exploitations sont validés par deux groupes d’éleveurs. Un bassin-type est ensuite construit à partir d’un échantillon de 1 250 élevages en appui technique, répartis selon les 7 cas-type, en fonction de leurs dates de mise en traite. Les résultats des scénarii individuels sont alors agrégés pour tester l’impact de la monotraite à l’échelle du bassin de collecte. Les résultats des simulations montrent que le passage en monotraite dès le début de la campagne entraîne une baisse de 18 à 19% de lait produit et 8 à 16% de revenu disponible selon les systèmes. Un passage en monotraite autour de la mise à l’herbe, limite les impacts sur ces performances mais conduit à une moindre diminution du travail d’astreinte. A court terme, des adaptations sont possibles pour limiter la perte de volume de lait produit et la baisse de revenu notamment en augmentant la durée de la période de traite et en valorisant mieux le pâturage. En revanche, l’augmentation du nombre de brebis s’avère peu efficace pour compenser la perte de revenu. A l’échelle du bassin, la combinaison d’exploitations passant en monotraite en milieu de traite ne permet pas d’atteindre les quantités nécessaires de lait issu de bi-traite pour assurer la production de Roquefort dans les conditions actuelles du cahier des charges de l’AOP.

Les modèles au service de l’élevage | Ovins laitiers | Traite

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière