Tous les textes des 3R

Reproduction

Caprins | Reproduction

Insémination chez la chevrette avec de la semence réfrigérée vs congelée

FATET A. (1), BOISSARD K. (2) FORGERIT Y. (2), BORDERES F. (2), BRUNETEAU E. (2), DOUTEAU E. (2), POUGNARD J-L. (2)

(1) INRA UMR0085 Physiologie de la Reproduction et des Comportements, 37380 Nouzilly - France
(2) INRA UE1373 FERLUS, Les Verrines, BP 80006, 86600 Lusignan - France

INTRODUCTION

L’insémination chez la chevrette donne des résultats de
fertilité très hétérogènes et généralement faibles (43.7% en
moyenne sur les essais INRA SEIA de Leboeuf et al, 1992 ;
n= 1012). Une piste d’explication serait une certaine
variabilité du moment d’ovulation suite au traitement
hormonal entre chevrettes et entre élevages. Cette fluctuation
de la réponse physiologique au traitement hormonal pourrait
également avoir un effet sur la remontée des spermatozoïdes
dans le tractus.

La durée de survie et de pouvoir fécondant des
spermatozoïdes est plus longue en semence conservée à
température positive (+4°C) qu’après congélation. Grâce à
cette longévité accrue, la semence réfrigérée offre donc plus
de flexibilité à l’insémination car elle peut pallier des
variations de moment d’ovulation et d’efficacité du transport
de spermatozoïdes. On peut donc espérer améliorer la
fertilité après insémination en chevrettes avec la semence
réfrigérée et réduire la variabilité observée entre élevages.
L’objectif de cette étude est donc de comparer la réussite à
l’insémination des chevrettes inséminées avec de la semence
réfrigérée ou congelée.

Caprins | Reproduction

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière