Tous les textes des 3R

Réponses aux attentes sociétales

Bien-être - Comportement | Conduite d’élevage | Ovins à viande | Ovins laitiers | Pâturage | Réponses aux attentes sociétales

Validation d’une méthode d’évaluation du bien-être des ovins en ferme et comparaison de deux types de conduites hivernales

BRULE-AUPIAIS A. (1), MIALON M.M. (2), GAUTIER D. (3), POTTIER E. (4), RIBAUD D. (5), BOISSY A. (2), BOIVIN X. (2)

(1) Institut de l’élevage - Monvoisin, BP 85225, 35652 Le Rheu Cedex

(2) INRA - UMR1213 Herbivores, site de Theix, 63122 Saint-Genès-Champanelle

(3) Institut de l’élevage/CIIRPO - Ferme expérimentale du Mourier, 87800 Saint Priest Ligoure

(4) Institut de l’élevage - Route d’Epinay, 14310 Villers Bocage

(5) Institut de l’élevage – 149 rue de Bercy, 75595 Paris Cedex 12

RESUME

Cet article est une synthèse des travaux sur l’évaluation du bien-être des ovins à partir d’indicateurs mesurables sur l’animal, permettant d’apprécier quatre principes : alimentation adaptée, logement correct, bonne santé et comportement approprié à l’espèce. Après avoir testé la faisabilité et la reproductibilité des indicateurs dans 10 exploitations, leur variabilité a été évaluée en été et en hiver sur 50 fermes, une moitié hivernant en bergerie et l’autre moitié au pâturage. La reproductibilité inter et intra-observateur est bonne pour les indicateurs liés aux trois premiers principes. Pour les mesures comportementales, la reproductibilité inter-observateur est bonne, par contre la reproductibilité intra-observateur est faible à modérée. Les indicateurs permettant de discriminer les élevages entre eux sont : en été, l’humidité de la toison et deux paramètres du test à l’Homme et en hiver, l’humidité de la toison et la propreté de l’arrière train. En hiver, nous avons observé en bergerie, plus de brebis maigres en fin d’hiver (P < 0,01), des brebis aux flancs très sales (P = 0,048), les jeunes brebis avec l’arrière-train plus sales (P < 0,005), une latence de fuite plus élevée (P < 0,005) et une distance front du troupeau-Homme plus élevées en début d’hiver (P < 0,001). Le pâturage s’est distingué par plus de brebis à toison humide (P < 0,001). Dans notre étude, la conduite hivernale au pâturage n’entraîne pas de problème de bien-être particulier par rapport à la bergerie.

Bien-être - Comportement | Conduite d’élevage | Ovins à viande | Ovins laitiers | Pâturage | Réponses aux attentes sociétales

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière