Tous les textes des 3R

Génétique

Génétique | Mammites | Ovins laitiers

Impact d’une restriction énergétique sur le métabolisme et les caractères de production chez des brebis laitières issues d’une sélection divergente pour la résistance aux mammites

ALLAIN C. (1), BOUVIER-MULLER J. (1,2), ENJALBERT F. (1), TABOURET G. (2), CAUBET C. (2), TASCA C. (2), PORTES D. (3), MENRAS J.M. (3), TOMAS R. (3), FOUCRAS G. (2), RUPP R. (1)

(1) INRA, ENSAT, ENVT, UMR1388 Génétique, Physiologie et Systèmes d’Elevage (GenPhySE), F-31326 Castanet-Tolosan

(2) INRA, INP-ENVT, UMR1225 Interactions Hôtes-Agents Pathogènes (IHAP), F-31076 Toulouse

(3) INRA, UE0321 Domaine de La Fage, F-12250 Roquefort sur Soulzon

INTRODUCTION

Chez les ruminants laitiers, les modifications physiologiques du post-partum sont considérées comme responsables de la dépression de la réponse immunitaire et d’une plus grande sensibilité aux mammites. Durant cette période, les besoins énergétiques sont accrus à cause d’une exportation intense liée à la production de lait. Or, la femelle n’est pas en mesure d’augmenter suffisamment l’ingestion pour satisfaire ces besoins, avec comme conséquence l’apparition d’un déficit énergétique. Pour pallier ce déficit énergétique, l’animal puise sur ses réserves (principalement lipidiques) et s’amaigrit. Par ailleurs, les bases génétiques du lien entre la résistance aux mammites et le métabolisme énergétique sont mal définies. Le but de cette étude était donc d’évaluer les effets d’un déficit énergétique sur le métabolisme et la réponse immunitaire chez des brebis laitières issues d’une sélection divergente sur le comptage de cellules somatiques (CCS). La différence de sensibilité aux mammites de ces lignées CCS+ et CCS- avaient été démontrée précédemment en situation naturelle (Allain et al., 2010) et validée lors d’infections expérimentales (Bonnefont et al., 2011).

Génétique | Mammites | Ovins laitiers

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière