Tous les textes des 3R

Reproduction

Bovins à viande | Bovins laitiers | Reproduction

Effet du stress thermique sur la fertilité des vaches et sur les paramètres séminologiques de taureaux d’insémination du Sud-Ouest de la France

PICARD-HAGEN N. (1, 2), GACHET A. (1), GARRIGUE M. (1), FLOCH S. (3), SAINT-BLANCAT M. (4), KHIREDDINE B. (5), RABOISSON D. (1, 6)

(1) UMR1331, Toxalim, Université de Toulouse, INRA, ENVT, 23, chemin des Capelles, 31076 Toulouse cedex

(2) ENVT, Université de Toulouse

(3) CEVA Santé animale, 10 avenue de la Ballastière, 33500 Libourne

(4) Coopelso, Le tournal, 81580 Soual

(5) AURIVA, Les Nauzes, 81580 Soual

(6) UMR 1225, IHAP, Université de Toulouse, INRA, ENVT, 23, chemin des Capelles, 31076 Toulouse cedex

RESUME

En élevage bovin, les performances de reproduction sont altérées chez les femelles, notamment les vaches laitières, et chez les taureaux exposés à un stress thermique. L’objectif de cette étude était d’évaluer les effets du stress thermique sur la fertilité femelle et sur les paramètres séminologiques de taureaux, dans la région du sud-ouest de la France, caractérisée par un climat tempéré et des étés chauds.
Sur la période d’octobre 2001 à août 2010, les taux de non-retour des femelles après la 1ère insémination animale (IA1) ont été calculés à partir des fichiers d’insémination de la coopérative Coopelso. La base de données analysée incluait les IA (forfait IA1 suivie de deux retours éventuels) de 533 502 vaches de race Holstein et de 176 216 vaches Limousines. Les taux mensuels de non-retour après IA1 des femelles Holstein sont toujours plus bas que ceux des femelles Limousines (57,9 ± 4,0 % versus 71,0 ± 2,35 %). Les variations saisonnières des taux de non-retour après IA1 chez les vaches Holstein sont marquées (en moyenne, 51,9 % en été avec une valeur minimale de 49,3 % observée au cours de la vague de chaleur d’Août 2003 et 62 % en hiver), alors que les variations des taux de non-retour des femelles allaitantes varient peu en fonction de la saison.
Dans une seconde étude, l’effet du stress thermique a été évalué sur les paramètres séminologiques à partir des fichiers de 2 centres de collecte de semence d’AURIVA, situés dans le Tarn, sur la période de janvier 2002 à juillet 2012. Deux cent dix taureaux de races laitières, âgés de plus de 18 mois (8 440 collectes) et 282 taureaux de races allaitantes de plus de deux ans (23 444 collectes) ont été inclus dans l’étude. Les paramètres séminologiques ont été évalués selon les procédures classiquement utilisées en centre de collecte de semence.
Chez les taureaux d’insémination, le stress thermique a eu un effet délétère sur la mobilité des spermatozoïdes et par conséquent sur le pourcentage d’éjaculats éliminés, essentiellement chez les taureaux de race allaitante. Chez les taureaux de races laitières, le pourcentage d’éjaculats éliminés avant congélation est peu sensible à un stress thermique modéré, mais augmente pour des valeurs d’index température-humidité (THI) élevées (supérieures à 65). Chez les taureaux allaitants, on observe une augmentation significative du taux d’éjaculats éliminés avant congélation en fonction du THI. La résistance du sperme à la congélation n’a pas été affectée par le THI chez les taureaux de races Holstein et Brune, contrairement à ce qui est observé pour les races allaitantes.
Pour les centres de collecte de semence, il en résulte un taux d’élimination plus important des éjaculats en période estivale, notamment lors de canicule. Cette étude montre l’importance de la prise en compte des effets du stress thermique sur la reproduction dans les élevages bovins français et la nécessité de mettre en place des stratégies pour limiter ses effets adverses sur la santé, le bien-être et les performances des animaux.

Bovins à viande | Bovins laitiers | Reproduction

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière