Tous les textes des 3R

Reproduction

Bovins laitiers | Economie | Reproduction

Evaluation de l’intérêt technico-économique du croisement laitier pour des ateliers Holstein

DEZETTER C. (1, 2, 3), BAREILLE N. (1), BILLON D. (1), CORTES C. (2), LECHARTIER C. (2), SEEGERS H. (1)

(1) BIOEPAR, INRA, Oniris, La Chantrerie, 44307 Nantes, France,

(2) ESA Angers, 55 rue Rabelais, 49007 Angers, France,

(3) PASS’SAS, 4 rue des Epicéas, 25640 Roulans, France

RESUME

L’objectif de cette étude était d’évaluer l’effet du croisement entre races bovines laitières sur les performances technico-économiques d’un atelier initialement en race pure Holstein, à partir d’un modèle individu-centré, mécaniste, stochastique et dynamique. Ce modèle a été conçu afin de prendre en compte les effets génétiques additifs et non-additifs sur les performances animales. Trois schémas de croisement ont été simulés sur 15 ans : Holstein x Montbéliarde, Holstein x Montbéliarde x Normande et Holstein x Montbéliarde x Rouge nordique. Les effets de ces stratégies ont été étudiés pour deux ateliers initiaux, différenciés par leur niveau de prévalence des troubles de la reproduction et de la santé (égal ou supérieur à la moyenne française), et pour des objectifs de maintien de l’effectif ou du volume de livraison. Après 5 années de simulation, et en comparaison au maintien en race Holstein, l’introduction du croisement a entrainé une baisse de la quantité annuelle moyenne de lait produite par vache. Cependant, cette introduction a induit une amélioration du TB, du TP, de la reproduction, de la santé de la mamelle et de la longévité. Dans les ateliers avec une prévalence des troubles moyenne, l’introduction du croisement a entrainé une augmentation moyenne de + 20 à + 32 €/vache/an et de + 7 à + 10 €/1000L/an de la marge brute annuelle moyennée sur 15 ans, selon des objectifs de maintien de l’effectif et de volume livré, respectivement. Dans les ateliers avec une prévalence des troubles élevée, cette augmentation a été d’environ + 75 à + 90 €/vache/an et de + 5 à + 7 €/1000L/an. Dans un contexte de prix d’achat des matières premières instable et de prix de vente du lait bas, le croisement entre races laitières apparait comme une voie pertinente pour améliorer les performances technico-économiques d’une partie des ateliers initialement en race pure Holstein.

Bovins laitiers | Economie | Reproduction

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière