Tous les textes des 3R

Alimentation

Alimentation | Bovins laitiers | Complémentation

Comparaison de l’assimilation de différentes sources de sélénium chez la vache laitière

BRIENS M. (1), SAIBI L. (1), MERCIER Y. (1)

(1) Adisseo France S.A.S., 10, Place du Général de Gaulle, 92160 Antony, France.

INTRODUCTION

Le sélénium (Se) est un oligo-élément essentiel pour l’homme et les animaux d’élevage. Chez la vache laitière, les carences en sélénium sont associées à diverses pathologies (myopathies, baisse de fertilité et du statut immunitaire) ainsi qu’une augmentation du taux de cellules somatiques (Weiss et al. 1990). Ces carences sont plus ou moins fréquentes en fonction des zones géographiques suivant les teneurs en sélénium des sols et des fourrages. Le sélénium exerce son activité biologique au travers de deux acides aminés : la sélénométhionine (SeMet) et la sélénocystéine (SeCys). La SeMet constitue une forme de stockage non réactive du sélénium. La sélénocystéine est incorporée sous le contrôle de l’expression de gènes dans un groupe de 25 protéines nommé sélénoprotéines ayant des fonctions principalement liées à la détoxification des espèces réactives de l’oxygène et autres mécanismes antioxydants. L’objectif de ces études est de comparer la biodisponibilité de différentes sources de sélénium chez la vache laitière.

Alimentation | Bovins laitiers | Complémentation

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière