Tous les textes des 3R

Environnement

Bovins laitiers | Environnement | GES - gaz à effet de serre

Quelle(s) méthode(s) de prédiction du méthane entérique pour inciter les éleveurs laitiers à réduire leurs émissions de GES ?

BESNIER E. (1), ROUILLE B. (2), GAILLARD A. (3), JACQUEROUD MP. (2), CHESNEAU G. (1), DOLLE JB. (2)

(1) VALOREX, La messayais, 35210 Combourtillé, France

(2) IDELE, Monvoisin, BP85225, 35652 Le Rheu Cedex

(3) BLEU-BLANC-CŒUR, La messayais, 35210 Combourtillé, France

INTRODUCTION

La réduction des émissions de méthane, issues des fermentations entériques (CH4) des ruminants, apparaît comme un des principaux leviers d’atténuation des émissions de GES des élevages laitiers. Pour inciter les éleveurs à limiter l’impact carbone, au-delà de les conseiller sur des solutions nutritionnelles efficaces, il est nécessaire de leur apporter une méthode d’évaluation des émissions de méthane qui soit fiable et accessible.
A partir des méthodes de mesure de référence (chambres respiratoires, gaz traceur SF6), de nombreux modèles de prédiction du CH4 ont été développés, le plus souvent à partir de données de ration et d’ingestion. Ils sont caractérisés par une prédiction a priori (Ellis et al., 2007), et plus récemment à partir de données de production et de composition du lait, alors considérés comme une prédiction a posteriori (Van Lingen et al., 2014).
L’objet de cette étude vise à comparer ces deux approches en s’appuyant sur deux modèles reconnus et actuellement relayés dans les élevages et la filière laitière, en évaluant leur périmètre d’utilisation, leur fiabilité et leur accessibilité en élevage.

Bovins laitiers | Environnement | GES - gaz à effet de serre

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière