Tous les textes des 3R

Autonomie alimentaire des exploitations agricoles

Alimentation | Conduite d’élevage | Ruminants (général) | Systèmes d’élevage

Amélioration de l’autonomie alimentaire des élevages de ruminants : conséquences sur les fonctions de production et la longévité des femelles.

F. BLANC (1), F. BOCQUIER (1), J. AGABRIEL (2), P. D’HOUR (3), Y. CHILLIARD (2)

(1) UMR Elevage des Ruminants en Régions Chaudes, Agro.M, 2, place Viala, 34 060 MONTPELLIER Cedex 1

(2) Unité de Recherches sur les Herbivores, INRA Clermont-Ferrand - Theix, 63 122 St GENES CHAMPANELLE

(3) UE des Monts Dore,INRA Clermont-Ferrand - Theix, Le Roc 63210 ORCIVAL

RESUME

En élevage de ruminants, l’amélioration de l’autonomie alimentaire peut être obtenue non seulement par une limitation des intrants et une amélioration de la qualité et de la quantité des fourrages et concentrés produits sur l’exploitation, mais également par le pilotage des fonctions de production des animaux dans un contexte de sous-alimentation / ré-alimentation. Dans ces situations devenues plus contraignantes, la productivité des systèmes d’élevage repose sur la capacité des animaux à maintenir leurs niveaux de production (priorités relatives entre fonctions à un stade physiologique donné), à mettre en oeuvre des phénomènes de rebond (mécanismes compensateurs : croissance compensatrice, reconstitution des réserves) et à sauvegarder leur processus de reproduction. L’hypothèse développée dans cette synthèse est qu’un pilotage du bilan nutritionnel, incluant des phases de restriction alimentaire et de ré-alimentation, est envisageable pour accroître l’autonomie alimentaire, sur la base des capacités adaptatives des animaux à la sous-nutrition, particulièrement celles des femelles reproductrices.

Alimentation | Conduite d’élevage | Ruminants (général) | Systèmes d’élevage

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière