Tous les textes des 3R

Systèmes d’élevage

Bovins laitiers | Systèmes d’élevage | Traite | Travail

Impacts de la réduction à 6h30 de l’intervalle entre les deux traites de la journée sur les performances des vaches laitières

BROCARD V. (1), TRANVOIZ E. (2), CLOET E. (2), CAILLE A. (1)

(1) Institut de l’Elevage, BP 85225, 35652 Le Rheu Cdx, France

(2) Chambre d’agriculture de Bretagne, 2 allée St Guénolé, 29322 Quimper Cdx, France

RESUME – La réduction de l’intervalle entre les traites est peu pratiquée par les éleveurs. Pourtant cette pratique permettrait de gagner en souplesse d’organisation et en qualité de vie. Elle améliorerait aussi l’attractivité du métier de salarié en élevage laitier. L’objectif de l’étude réalisée de 2015 à 2017 à la station expérimentale de Trévarez (Chambre d’agriculture de Bretagne, Idele) était d’évaluer l’impact de la réduction de l’intervalle de traite sur les performances des vaches laitières. L’intervalle testé était de 6h30 (lot Expérimental) entre la traite du matin et la traite du soir en comparaison d’un intervalle classique de 10h (lot Témoin). L’essai a duré 4 mois, deux hivers de suite, en bâtiment. A l’échelle de la journée, le lot Expérimental a produit significativement 4,5% de lait en moins le premier mois, puis les vaches se sont adaptées à la pratique. L’effet sur le TB et les comptages cellulaires n’a pas été significatif. Cependant, le TP a été réduit significativement de 1,0 g/kg. La santé et le comportement n’ont pas été impactés. Le matin, le lot Expérimental a produit significativement plus de lait (+2,9 kg) alors que le soir, il a produit significativement moins de lait (-3,7 kg) avec un TP plus faible (-2,3 g/kg) et un TB plus élevé (+9,2 g/kg). D’après la bibliographie, après 16h de remplissage de la mamelle, des modifications physiologiques impactent les synthèses lors des deux traites suivantes. Toutefois, en élevage, avec un intervalle de nuit inférieur à 16h, il ne devrait pas y avoir d’impact sur les performances, comme l’avaient démontré Rémond et al., 2006. Ce sera donc à l’éleveur de choisir entre limiter les pertes économiques et améliorer sa qualité de vie. S’il emploie un salarié, un intervalle de traite plus court lui évitera de payer des heures supplémentaires, et permettra ainsi de compenser la perte économique liée à la réduction du TP.

Bovins laitiers | Systèmes d’élevage | Traite | Travail

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière