Tous les textes des 3R

Alimentation

Alimentation | Bovins laitiers | Qualité lait

Estimation d’une nouvelle méthodologie pour estimer la valeur protéique des aliments à partir de la réponse en matière protéique du lait chez la vache laitière

DUFRENEIX F. (1,2), PEYRAUD J.L. (1), FAVERDIN P. (1)

(1) PEGASE, Agrocampus Ouest, INRA, 35590 Saint Gilles, France

(2) AGRIAL, 4 rue des Roquemonts, 14000 Caen, France

RESUME – L’objectif de cet essai est de tester une nouvelle méthodologie pour estimer la valeur protéique des aliments basée sur la réponse biologique des matières protéiques (MP) du lait aux apports en protéines métabolisables de la ration. Par rapport aux méthodes classiques, cette méthode peut être appliquée quelle que soit les techniques de protection des protéines appliquées aux aliments (huiles essentielles, tannins végétaux). La prédiction de la valeur protéique d’un aliment testé est réalisée à partir de sa réponse en MP en considérant deux traitements contrôles de valeur protéique connue. Cette réponse n’est pas linéaire du fait que l’efficience d’utilisation des protéines métabolisables décroit lorsque les apports augmentent. Nous avons supposé que, dans la zone de variation des apports testée, la décroissance de l’efficience est linéaire. Pour développer la méthode, quatre traitements alimentaires isoénergétiques, définis par leurs apports protéiques croissants, ont été appliqués en carré latin pendant quatre périodes de trois semaines à 24 vaches laitières divisées en 6 groupes homogènes de 4 vaches. Les deux traitements contrôles contiennent soit 4,4 kg MS de concentré énergétique (Contrôle Bas (CB), 97 g PDIE/kg MS), soit 3,6 kg MS de tourteaux de soja (Contrôle Haut (CH), 252 g PDIE/kg MS). Les deux traitements intermédiaires, constitués d’un mélange de ces deux aliments (Medium Bas : MB et Medium Haut : MH), ont été utilisés pour estimer leur valeur en protéines métabolisables à partir de leur réponse en MP. L’accroissement des apports de protéines métabolisables a augmenté la production de MP (896 et 964 g/j pour CB et CH respectivement). L’estimation de la valeur protéique de MB et MH à partir de leur réponse en MP est proche des valeurs calculées avec INRA (2007), mais présente une légère surestimation de respectivement +14 et + 17 g PDIE/kg MS. Ce biais peut être expliqué par le positionnement du régime CH dans la zone haute de la réponse des MP aux apports ce qui correspond à une efficience marginale faible. Un ciblage plus précis de la zone maximale de réponse des MP permet d’ailleurs de réduire ce biais à +7 g PDIE/kg MS pour le traitement MB. Cette limite souligne l’importance à apporter à la formulation des régimes contrôles utilisés de façon à bien cibler la gamme de variation maximale de la réponse en MP. Moyennant cette précaution, l’utilisation de la réponse MP est une approche intéressante pour estimer la valeur protéique des aliments et cela quelles que soient les techniques de protection employées.

Alimentation | Bovins laitiers | Qualité lait

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière