Tous les textes des 3R

Alimentation

Alimentation | Bovins laitiers | Reproduction

Effets favorables de l’introduction de graines de lin extrudées dans la ration sur la production de lait et la reproduction des vaches laitières

MEIGNAN T. (1, 3), MADOUASSE A. (1), BEAUDEAU F. (1), LECHARTIER C. (2), CHESNEAU G. (3), CHATELLIER V. (3), BAREILLE N. (1)

(1) BIOEPAR, INRA, Oniris, Université Bretagne Loire, 44307, Nantes, France

(2) URSE, Ecole Supérieure d’Agricultures (ESA), Université Bretagne Loire, 49007 Angers, France

(3) VALOREX, La Messayais, 35210 Combourtillé, France

RESUME

L’objectif de cette étude rétrospective exposé-non exposé était de quantifier les effets de l’utilisation de la graine de lin extrudée (GLE) sur les performances animales en conditions de terrain. En l’absence de connaissance de la composition exacte des rations, la mesure de l’exposition à la GLE a été approchée par l’estimation d’une quantité journalière distribuée sur la base des informations des livraisons opérées par 22 entreprises d’aliments du bétail entre 2008 et 2015 en France. Dans les élevages ayant utilisé la GLE, ont été distinguées les vaches exposées à la GLE (avec 4 niveaux d’exposition, de 30 g à 800g/j) et les vaches non exposées à la GLE (population de référence). Les performances de reproduction ont été étudiées sur 423 605 inséminations artificielles (IA) issues de 158 125 vaches dans 1 096 troupeaux en mobilisant des modèles de Cox pour les intervalles post-partum et de régression logistique pour la fertilité. Les performances laitières ont été étudiées sur 1 997 763 contrôles laitiers issus de 194 056 vaches dans 1 291 troupeaux grâce à des modèles linéaires avec structure d’autocorrélation d’ordre 1. Pour estimer correctement l’effet de l’exposition, tous les modèles ont été ajustés des facteurs de variation connus de la performance à étudier et d’un effet aléatoire troupeau. L’exposition à la GLE était associée de façon dose-effet à une amélioration de la production laitière (+ 0,4 à +1,3 kg/j selon la parité), et à une légère réduction des taux de matières utiles (-0,03 à -0,20 g/kg de TP et -0,1 à -0,9 g/kg de TB selon la parité). L’intervalle vêlage-fécondation était significativement plus faible chez les vaches ayant reçu de la GLE depuis le vêlage que chez celles n’en ayant pas reçu (de -2,9 à -6,6 jours selon la quantité de GLE), sans effet sur la fertilité. Cette étude épidémiologique a permis de montrer qu’en moyenne les éleveurs retirent des bénéfices sur les performances du troupeau de l’apport de quantités modestes de GLE.

Alimentation | Bovins laitiers | Reproduction

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière