Tous les textes des 3R

Réduction des intrants chimiques en élevage

Antibiotiques | Caprins | Ovins à viande | Ovins laitiers | Réduction des intrants chimiques en élevage

Vers une maîtrise de la reproduction sans hormones chez les petits ruminants

PELLICER-RUBIO M.T. (1), BOISSARD K. (2), GRIZELJ J. (3), VINCE S. (3), FRÉRET S. (1), FATET (1), LOPEZ-SEBASTIAN A. (4)

(1) UMR85 PRC, CNRS, IFCE, INRA, Université de Tours, 37380, Nouzilly, France

(2) FERLUS, INRA, 86600, Lusignan, France

(3) Faculty of Veterinary Medicine, University of Zagreb, Vjekoslav Heinzel Str. 55, 10 000, Zagreb, Croatia

(4) INIA (Instituto Nacional de Investigación y Tecnología Agraria y Alimentaria Avda. Puerta de Hierro, nº12, local 10, 28040, Madrid, Espagne

RESUME

Dans les élevages ovins et caprins, la maîtrise de la reproduction est importante pour une reproduction hors saison sexuelle, pour grouper les mises bas et pour la pratique de l’insémination artificielle (IA). Le traitement hormonal d’induction et de synchronisation de l’oestrus et de l’ovulation est aujourd’hui le moyen le plus efficace pour atteindre ces objectifs. Le recours à des traitements photopériodiques et/ou à l’effet mâle apparait comme une solution pour limiter l’utilisation d’hormones dans ces filières.
Cet article rappelle les spécificités de la réponse ovulatoire et comportementale des femelles à « l’effet mâle », ainsi que les bases physiologiques qui contribuent à la réussite de cette pratique chez les ovins et les caprins. Le prétraitement des animaux avec des traitements photopériodiques de désaisonnement est un prérequis pour une réponse à l’effet mâle efficace, notamment chez des races très saisonnées comme les races caprines alpine et saanen. Des traitements lumineux (avec ou sans mélatonine) sont actuellement disponibles en élevage pour une reproduction par effet mâle en toute saison. Toutefois, ils requièrent l’utilisation de mélatonine à certaines périodes de l’année (notamment pour une reproduction en période estivale). Cet article expose différents travaux réalisés pour développer de nouveaux traitements lumineux sans mélatonine, pouvant être appliqués en bâtiment ouvert.
Des protocoles d’IA qui font appel à « l’effet mâle » sont en train d’émerger. Il s’agit pour certains de protocoles basés sur l’association de l’effet mâle avec des progestatifs et/ou des prostaglandines, et qui permettent de pratiquer une seule IA à un moment prédéterminé. Des protocoles d’IA après effet mâle seul (sans hormones) sont également disponibles, et notamment basés sur une détection des chaleurs. Chez les caprins, ils comportent 1 ou 2 moments d’IA, avec ou sans détection de chaleurs préalable. Chez les ovins, la détection des chaleurs est obligatoire pour la pratique de l’IA après un effet bélier seul. Dans les deux espèces, le développement de la détection automatisée des chaleurs facilitera le déploiement des protocoles d’IA sans utilisation d’hormones.

Antibiotiques | Caprins | Ovins à viande | Ovins laitiers | Réduction des intrants chimiques en élevage

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière