Tous les textes des 3R

Réduction des intrants chimiques en élevage

Caprins | Photopériode | Réduction des intrants chimiques en élevage | Reproduction

Les traitements lumineux basés sur des jours « très longs » sont-ils une alternative à l’utilisation de mélatonine chez la chèvre ?

AHMADPOUR D. (1), LAINE A.L. (1), FRERET S. (1), PELLICER-RUBIO M.T. (1)

(1) UMR85 PRC, CNRS, IFCE, INRA, Université de Tours, 37380, Nouzilly, France

INTRODUCTION

Chez les caprins, pour une reproduction en été (à contresaison), les animaux doivent recevoir des jours longs (JL : 16h de lumière/jour), artificiels ou naturels, puis être traités avec de la mélatonine pour mimer l’effet des jours courts (JC) stimulateurs de la reproduction. Notre objectif est d’évaluer si les JL printaniers (14h ou 16h de lumière/jour) peuvent agir comme des JC lorsqu’ils sont appliqués après des jours « très longs » de 18h ou 20h de lumière/jour, pour remplacer la mélatonine (en effet, le passé photopériodique des animaux détermine leur réponse reproductive à un signal photopériodique donné ; Robinson et Karsch, 1987).

Caprins | Photopériode | Réduction des intrants chimiques en élevage | Reproduction

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière