Tous les textes des 3R

Qualité des produits et sécurité des aliments

Bovins laitiers | Ovins laitiers | Qualité des produits | Santé animale | Securite des aliments

Connaissance des Escherichia coli productrices de Shiga-toxines en élevage de ruminants laitiers

RAYNAUD S. (1), GANET S. (2), MICHEL V. (3), BRUGERE H. (4), AUVRAY F. (4), BERGONIER D. (5), FORRAY L. (6), BRASSEUR F., BOURREAU P. (7), ROUSSEL P. (1), BAILLY C. (8), LE BARILLEC K. (9), CHAUCHEYRAS-DURAND F. (10), PICANT P. (11), SERGENTET D. (2)

(1) Institut de l’Elevage, Agrapole, 23, rue Jean Baldassini, 69364 LYON CEDEX 07

(2) VetAgro Sup, LMAP-LNR STEC, UMR5557-BPOE, 1, avenue Bourgelat, 69280 MARCY L’ETOILE

(3) ACTALIA, 419 route des Champs Laitiers, 74801 LA ROCHE SUR FORON

(4) IRSD, Université de Toulouse, INSERM, INRA, ENVT, UPS, 23 chemin des Capelles, 31076 TOULOUSE Cedex 3

(5) IHAP, Université de Toulouse, INRA, ENVT, 23 chemin des Capelles, 31076 TOULOUSE Cedex 3

(6) Laiteries H. Triballat, route de Malvette, 18220 RIANS

(7) AGRIAL, 4, rue des Roquemonts, CS 35051, 14000 CAEN

(8) Confédération Générale de Roquefort, 36 Avenue de la République, 12103 MILLAU

(9) CNIEL, 42, rue de Châteaudun, 75009 PARIS

(10) LALLEMAND, équipe de recherche détachée, Université Clermont-Auvergne, UMR 454 MEDIS, 63000 Clermont-Ferrand

(11) GDS du Calvados, 14 Rue Alexander Fleming, B.P107, 14204 HEROUVILLE SAINT CLAIR

RESUME

Des études de cas ont été conduites dans 12 élevages caprins, 3 élevages ovins et 3 élevages bovins ayant livré de façon récurrente du lait contaminé par des souches d’Escherichia coli productrices de shigatoxines potentiellement hautement pathogènes (STECHP). Peu de connaissances étant disponibles sur les STECHP chez les chèvres, un nombre supérieur d’élevages caprins a été suivi. Des prélèvements portant sur le lait et l’environnement ont été répétés durant une période de suivi d’un an ; ils ont permis d’isoler des souches appartenant à 4 des 5 sérotypes faisant l’objet de mesures de gestion en France.
Ces souches ont été caractérisées puis comparées par électrophorèse en champs pulsés (un élevage caprin et un ovin), confirmant l’origine fécale de la contamination et la circulation des souches par l’intermédiaire de la litière et de la peau des mamelles. La contamination du lait de tank est très intermittente, même si sur une période donnée la même souche semble responsable d’une contamination persistante du lait.

Bovins laitiers | Ovins laitiers | Qualité des produits | Santé animale | Securite des aliments

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière