Tous les textes des 3R

Economie

Bovins laitiers | Economie | Elevage biologique

Quelle dynamique de la production de lait biologique en Europe ?

BLANC M. (1), EXPERTON C. (2), PAVIE J. (3)

(1) SLU – Department of Agricultural Research for Northern Sweden, Skogsmarksgränd, 901 83 Umeå, Suède

(2) ITAB – 149 rue de Bercy, 75595 Paris Cedex 12

(3) Institut de l’élevage – Route d’Epinay, 14310 Villers-Bocage

RESUME - L’Europe est le premier producteur de lait de vache biologique au monde. Malgré une croissance forte, la production suit avec retard la demande européenne en produits laitiers biologiques et les filières des principaux pays producteurs doivent gérer des conversions qui se font souvent par à-coups. Le projet « RESILAIT : Résilience des systèmes laitiers biologiques ; optimisation des facteurs de compétitivité et mise au point de systèmes plus efficients dans la gestion des risques à venir » a cherché à caractériser les différentes composantes de la dynamique laitière biologique dans les principaux pays producteurs voisins de la France. Ce travail repose sur l’analyse comparative des bases de données nationales et s’est complété d’entretiens auprès des principaux acteurs des filières étrangères. Il en ressort que le développement du secteur du lait de vache biologique s’est fait selon des conditions très différentes pour chacun des pays étudiés. L’organisation du secteur, les systèmes de production ainsi que les logiques de filières varient considérablement d’un pays à l’autre : augmentation de la production pour répondre à une demande très supérieure à l’offre en Allemagne, diversification et innovation pour le Danemark, mise en avant de la naturalité des produits en Autriche. Avec l’augmentation de l’auto-approvisionnement allemand, les flux intra-européens devraient évoluer : les exportations pourraient notamment être réorientées vers la Chine qui constitue un marché attractif pour de nombreux pays qui investissent dans le séchage pour la fabrication de poudre de lait et de poudre de lactosérum bio. Malgré quelques fluctuations attendues à court terme sur la période 2017-2019, la majorité des acteurs impliqués sont confiants dans le développement à moyen terme de la demande pour le lait biologique, qui devrait demeurer supérieure à l’offre. L’enjeu à venir ne résidera donc pas tant dans un éventuel déséquilibre entre l’offre et la demande que dans la capacité du secteur à maintenir les exploitations nouvellement converties, en particulier les exploitations très spécialisées. Tandis que de nouvelles exigences des consommateurs émergent partout en Europe (bien-être animal, « produits santé » aux vertus nutritionnelles et retour aux recettes traditionnelles), le secteur laitier biologique européen devra faire face à la concurrence croissante des autres démarches de différenciation du lait : lait sans OGM, lait de pâturage, lait de foin…etc.

Bovins laitiers | Economie | Elevage biologique

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière