Tous les textes des 3R

Itinéraires de production

Bovins laitiers | Conduite d’élevage | Digestion - Métabolisme | Traite

Les échanges de composés entre le lait et le sang augmentent proportionnellement avec la quantité de lait présente dans la mamelle.

J. GUINARD-FLAMENT (1), Y. SAILLARD (1), D. LEVIEUX (2)

(1) UMR Production du Lait, INRA / Agrocampus Rennes, 65 rue de Saint-Brieuc, CS 84215, 35042 Rennes Cedex

(2) SRV Immunochimie, INRA Theix, 63122 St-Genès-Champanelle, France

INTRODUCTION

Lors de l’omission d’une traite quotidienne, la baisse de production laitière observée en réponse à l’accumulation du lait dans la mamelle, est associée à une perte de l’étanchéité de l’épithélium mammaire (Stelwagen et al., 1994). Selon Stelwagen et al. (1997), celle-ci serait affectée par un effet mécanique direct ou indirect, dû à l’augmentation de la pression intra-mammaire. Les jonctions serrées, structures extracellulaires permettant de joindre entre elles les cellules adjacentes de l’épithélium mammaire, deviendraient perméables laissant alors diffuser des composés du lait vers le sang (lactose, K+) et inversement du sang vers le lait (albumine sérique, Na+). Deux composantes sont associées à l’accumulation du lait dans la mamelle : la quantité de lait présente et la durée du stockage. Un essai est réalisé pour caractériser l’effet propre de la quantité de lait présente dans la mamelle en ayant recours à des traites incomplètes. Il s’agit de déterminer s’il existe une quantité seuil à partir de laquelle il y a une augmentation brutale des échanges entre le lait et le sang, traduisant alors une rupture de l’épithélium mammaire.

Bovins laitiers | Conduite d’élevage | Digestion - Métabolisme | Traite

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière