Tous les textes des 3R

Le Microbiome

Bovins à viande | Digestion - Métabolisme | Microbiome

Effets de trois sources azotées sur le microbiote ruminal et la digestion chez le taurillon

GRIMM P. (1), CHANUDET M. (1), OMPHALIUS C. (1), LAZA KNOERR A-L. (2), POINT S. (2), JULLIAND S. (1)

(1) Lab To Field, 26 boulevard Docteur Petitjean, BP 87999, 21079 DIJON Cedex, France

(2) Agro Innovation International, 18 avenue Franklin Roosevelt, 35400 Saint Malo, France

RESUME
Une bonne synchronisation des apports énergétiques et protéiques permet d’optimiser le fonctionnement de l’écosystème ruminal. Pour ce faire, l’urée (source azotée alternative au tourteau de soja) peut être protégée afin d’obtenir une
libération lente de l’azote dans le rumen. Un essai sur 8 taurillons, en carré latin 4 x 4 incomplet (périodes de 21 jours – de J1 à J21), a été mis en place pour tester l’effet de 3 sources azotées (tourteau de soja, urée non protégée, urée protégée par un complexe d’aluminosilicates) sur l’écosystème ruminal et la digestion de la ration. Quarante pourcents du tourteau de soja de la ration contrôle ont été substitués par de l’urée non protégée (ration UNP) ou par de l’urée à libération lente (ration ULL), en conservant des rations iso-énergétiques et iso-azotées. Les poids des animaux et l’ingestion individuelle quotidienne ont servi à calculer l’efficacité alimentaire. A J21, des prélèvements ruminaux et sanguins ont été réalisés en cinétique avant le repas (T0), 3h, 6h et 9h après le repas (T3, T6 et T9, respectivement). A chaque temps, le pH ruminal, les concentrations ruminales d’acides gras volatils, de lactate, d’ammoniac et l’urémie ont été mesurés. A T6, la structure et la diversité bactériennes de l’écosystème ruminal ont été analysées par séquençage de l’ADNr 16S et les groupes fonctionnels cellulolytiques et xylanolytiques ont été dénombrés par techniques culturales. La digestibilité totale apparente des constituants de la ration a été mesurée par collecte de fèces de J18 à J20. La taille des particules et la matière sèche des fèces ont été mesurées à J21. Les données ont été analysées par une PROC MIXED (SAS) en considérant les effets Ration, Période et leur interaction pour les paramètres à mesure unique et en ajoutant les effets Temps et l’interaction Temps×Ration pour les paramètres mesurés en cinétique. La concentration ruminale en ammoniac était significativement supérieure à T3 (PTemps×Ration = 0,02) et le pH ruminal tendait à être supérieur (PRation = 0,08) dans les deux rations contenant de l’urée, suggérant un environnement plus tamponné avec l’urée. L’urémie retrouvait une valeur basale à T9 avec la ration Contrôle mais pas dans le cas des rations UNP et ULL (PTemps×Ration < 0,001), ce qui démontrait une utilisation prolongée de l’azote avec des formes synthétiques d’urée. La concentration ruminale d’ammoniac et le pH supérieurs à T6 avec la ration ULL ont confirmé la disponibilité plus longue de l’azote avec l’urée protégée, favorable au fonctionnement de l’écosystème ruminal. Une plus forte diversité bactérienne était d’ailleurs observée chez les animaux recevant la ration ULL (indice de Shannon supérieur ; P = 0,04), mais la structure de l’écosystème bactérien ruminal semblait peu impactée par les différentes formes d’azote apportées. Une proportion significativement plus élevée de petites particules fécales (P = 0,01) et des augmentations numériques de l’efficacité alimentaire et de la digestibilité des fibres suggéraient une meilleure fibrolyse avec la ration ULL. Les concentrations ruminales en acides gras volatils plus faibles avec la ration ULL pourraient refléter une meilleure absorption de ces métabolites avec cette ration, et expliquer les modifications zootechniques observées.

Bovins à viande | Digestion - Métabolisme | Microbiome

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière