Tous les textes des 3R

Alimentation

Alimentation | Bovins laitiers | Ingestion

Effet du bilan électrolytique sur l’ingestion et la production de lait des vaches laitières : approche bibliographique.

E. APPER-BOSSARD, J.L. PEYRAUD

INRA, Unité Mixte de Recherches sur la Production du Lait, 35590 St-Gilles

INTRODUCTION

Les contraintes de production laitière conduisent à distribuer des rations à forte densité énergétique engendrant des productions importantes d’acide au niveau du rumen. De plus, les vaches à haut niveau de production ont un métabolisme intense qui contribue à acidifier le milieu interne. La forte production d’acides qui en résulte favorise l’apparition d’états de subacidose latente, source de pertes d’efficacité. Pour limiter les pertes économiques qui en découlent, il est nécessaire de sécuriser les régimes. L’apport de cations (Na+ ou K+) qui sont absorbés contre des ions H+ ont un rôle alcalinisant à l’inverse des anions (Cl-) qui sont absorbés contre un ion bicarbonate (HCO3-), et ont de ce fait un rôle acidifiant. Dès lors la recherche d’un Bilan Electrolytique optimal de la ration, défini comme BE = Na++ K+ - Cl- en milliéquivalents (mEq), semble pouvoir sécuriser les régimes (Mongin, 1981). L’objectif de ce travail a été de tester l’intérêt éventuel d’un accroissement du BE des rations à partir d’une méta analyse des données de la littérature permettant de décrire les lois de réponse de l’ingestion, de la production ainsi que des critères caractérisant l’équilibre acido-basique du sang en fonction du niveau de BE.

Alimentation | Bovins laitiers | Ingestion

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière