Tous les textes des 3R

Santé

Digestion - Métabolisme | Ovins à viande | Santé animale

Effet de l’additif alimentaire Levucell® SC (Saccharomyces cerevisiae I-1077) sur le pH ruminal chez le mouton en acidose latente : rôle du schéma expérimental.

L. BROSSARD (1,2), C. MARTIN (1), F. CHAUCHEYRAS-DURAND (2,3), B. MICHALET-DOREAU† (1)

(1) Unité de Recherches sur les Herbivores, INRA, Centre de Recherche de Clermont-Ferrand - Theix, 63122 St Genès-Champanelle

(2) Lallemand Animal Nutrition, 19 rue des Briquetiers, BP 59, 31702 Blagnac Cedex, France

(3) Laboratoire de Microbiologie, INRA, Centre de Recherche de Clermont-Ferrand - Theix, 63122 St Genès-Champanelle

INTRODUCTION

L’utilisation de levures Saccharomyces cerevisiae est préconisée en nutrition animale, particulièrement dans les systèmes d’élevage intensif où les risques d’acidose sont importants. L’efficacité in vivo des levures chez le bovin en production a été principalement appréciée sur des critères zootechniques (quantités ingérées, production laitière, gain de poids, ...) mais les résultats sont variables et la signification statistique n’est pas toujours atteinte (Wallace et Newbold, 1993). Les levures apparaissent rentables dans certains cas pour limiter in vivo l’acidose latente via une stabilisation du pH ruminal. Cependant, cet effet dépend entre autre de la souche (caractéristiques et dose) et du régime alimentaire. Dans cette étude, nous avons utilisé deux schémas expérimentaux différents pour étudier l’effet de la dose de l’additif microbien Levucell® SC (Saccharomyces cerevisiae, CNCM I-1077) sur le pH ruminal chez le mouton en acidose latente induite.

Digestion - Métabolisme | Ovins à viande | Santé animale

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière