• Plan | Infos légales-Crédits | Espace privé
  • Efficacité des tanins condensés contre les trichostrongles chez la chèvre.

    V. PAOLINI, PH. DORCHIES, H. HOSTE

    UMR 959 INRA/ENVT-Physiopathologie des Maladies Infectieuses et Parasitaires des Ruminants, Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse - 23, chemin des Capelles - 31076 Toulouse Cedex 3

    INTRODUCTION

    Les strongles provoquent, chez les petits ruminants, des perturbations physiologiques engendrant des pertes économiques importantes. Le principal moyen pour lutter contre ces infections est les anthelminthiques. Cependant, certains problèmes se posent quant à leur utilisation. Les populations de nématodes parasites deviennent de plus en plus résistantes à ces substances et la prévalence des résistances augmente avec le temps. Il devient donc nécessaire de s’orienter vers des méthodes de lutte alternative ou complémentaire aux anthelminthiques. Chez le mouton, des études effectuées en conditions naturelles (Niezen et al.,1998) ou expérimentales (Athanasiadou et al.,2000) suggèrent que les tanins condensés ont un effet négatif sur les infections par les nématodes parasites. Il n’existe aucune donnée comparable chez les caprins, en dépit de certaines différences physiologiques entre les deux espèces hôtes. De ce fait, nous nous sommes intéressés à I’effet des tanins condensés sur le parasitisme de caprins infestés expérimentalement par les 2 espèces les plus fréquentes en France : Teladorsagica circurncincta et Trichostrongylus colubrformis.

    Télécharger le fichier PDF (113.1 ko)

    Voir tous les textes de : Dorchies P. | Hoste H. | Paolini V.

    Voir tous les textes dans les thèmes : Caprins | Parasitisme | Santé animale

    Autres textes des

    3R 2001 - Séance :

    Parasitisme

    Actualités et prospectives en épidémiologie parasitaire en France. 

    MAGE C., L’HOSTIS M., CHAUVIN A.

    Résistance aux benzimidazoles chez les nématodes gastro-intestinaux parasites de petits ruminants : diagnostic moléculaire et stratégies de traitement. 

    SILVESTRE A., CABARET J.

    Les endectocides chez les caprins : pharmacologie, efficacité et conditions d’utilisation dans le contexte de la résistance aux anthelmintiques. 

    CHARTIER C., LESPINE A., HOSTE H., ALVINERIE M. 

    Epidémiologie et moyens de lutte contre l’oestrose ovine. 

    DORCHIES P., JACQUIET P.

    Strongyloses gastro-intestinales en élevage allaitant vendéen. Enquête épidémiologique et proposition d’un méthode de type HACCP. 

    CHAUVIN A., QUILLET JM., CARTRON O., RENAULT S., RESEAU GTV VENDEEN

    La résistance génétique aux nématodes parasites chez les petits ruminants : un caractère de mieux en mieux connu. 

    GRUNER L., AUMONT G., BOUIX J., MANDONNET N.

    Evolution du contrôle de l’hypodermose bovine en France. 

    BOULARD C.

    Affiche • Evolution de la réponse sérologique de troupeaux laitiers vis-à-vis de la grande douve. 

    BLONDEL M., VAN WAVEREN W.

    Affiche • Le ragondin (Myocastor coypus), hôte réservoir de la Grande Douve du foie (Fasciola hepatica). 

    AGOULON A., L’HOSTIS M., MENARD A., CHAUVIN A.

    Affiche • Prévention des avortements et des infections foetales dus à Neospora caninum chez les génisses : essais de traitement pendant la gestation avec du décoquinate à la posologie de 2mg/kg/jour. 

    JOURNEL C., CHATAGNON G., MARTIN D., RICHARD A., TAINTURIER D.

  • Secrétariat 3R - MNE - 149 rue de Bercy 75595 Paris cedex 12

    Tél : 06 46 77 02 41 - Courriel : 3R@idele.fr - Fax : 01 40 04 52 80

    © INRA-Institut de l'Elevage 2006-2017, tous droits réservés