• Plan | Infos légales-Crédits | Espace privé
  • Efficacité de l’effet bélier chez la brebis Limousine à différents moments de l’anoestrus saisonnier et selon la durée de l’intervalle tarissement - mise en lutte.

    H. TOURNADRE (1), F. BOCQUIER (2), M. PETIT (1), J. THIMONIER (2), M. BENOIT (3)

    (1) INRA, Unité de Recherches sur les Herbivores, 63122 Saint Genès Champanelle

    (2) ENSA.M INRA, UMR Elevage des Ruminants en Régions Chaudes, 34060 Montpellier cedex I

    (3) INRA, Laboratoire d’Economie de l’Elevage, 63122 Saint Genès Champanelle

    RESUME

    L’efficacité de l’effet mâle a été mesurée à différents moments de l’anoestrus saisonnier (avril-mai 2000, Essai 1) puis selon la durée écoulée depuis le tarissement (mai 2001, Essai 2). Les 138 brebis du premier essai ont été reparties en 4 lots (B1à B4) respectivement mis en lutte à 15 jours d’intervalle : les 13/04, 28/04, 12/05 et 26/05. Pour le second essai, les brebis étaient taries depuis 86 jours (n=40, lot B5) ou depuis 22 jours (n=42, lot B6), les béliers étant introduits dans les deux lots le 25/05. Les mâles sont restés 66 jours dans chacun des 6 lots. L’état reproductif des femelles a été estimé avant et au début de la période de lutte, à partir des niveaux de progestérone plasmatique. Dans l’essai 1, la proportion de brebis ayant une activité ovulatoire spontanée avant l’introduction des béliers est de 31%, 25%, 11% et 3% pour B1 à B4, respectivement. Parmi les femelles non cycliques, la proportion de brebis induites à ovulé par effet mâle est passée de 55 à 81% et leur fertilité au premier oestrus a augmenté (P<0,005) avec l’avancement en saison : respectivement 50%, 39%, 72% et 86% pour B1 à B4. La fertilité de l’ensemble des brebis initialement non cycliques est passée de 27 à 83% de B1 à B4. Dans l’essai E2 l’effet mâle, étudié à la même période que celle du lot B4, a induit une faible activité ovarienne (29%) chez les femelles non cycliques du lot B6 et une forte réponse (84%) chez celles du lot B5 (P<0,001). La fertilité au premier oestrus est également accrue (P=0,091) passant de 55% (B6) à 81% (B5). L’effet bélier a été d’autant plus efficace que la saison sexuelle est proche et que l’intervalle sevrage-mise à la reproduction est plus long. Le taux de femelles cycliques avant la mise en reproduction n’est pas, dans notre situation, un bon critère pour prévoir l’efficacité de l’effet bélier.

    Télécharger le fichier PDF (762.6 ko)

    Voir tous les textes de : Benoit M. | Bocquier F. | Petit M. | Thimonier J. | Tournadre H.

    Voir tous les textes dans les thèmes : Conduite d’élevage | Ovins à viande | Reproduction

    Autres textes des

    3R 2002 - Séance :

    Reproduction

    Reproduction ovine et caprine sans hormones : utopie ou perspective réaliste ? 

    BRICE G., LEBOEUF B., PERRET G.

    La production laitière des 3 premières semaines est négativement associée avec la normalité de la cyclicité chez la vache laitière. 

    DISENHAUS C., KERBRAT S., PHILIPOT JM.

    Affiche • Résultats d’une enquête sur l’utilisation du photopériodisme en élevage caprin laitier. 

    BADINAND F., ROUYET M.

    Affiche • Influence du système de production sur les résultats de reproduction en élevage laitier. 

    DESARMENIEN D., BOURRE JM., PACCARD P., CHEVALLIER A.

    Affiche • Indicateurs de fertilité dans une population de bovins : prise en compte de la qualité de données. 

    GRANADOS-CHAPATTE A., BARET P.

    Affiche • Systèmes d’élevage et caractéristiques de la reproduction chez la chèvre bédouine (Capra hircus). 

    CHARALLAH S., AMIRAT Z., KHAMMAR F.

    Affiche • Performances reproductives des brebis Ouled-Djellal nées simples et doubles. 

    DEKHILI M.

    Affiche • Facteurs de variation du taux de gestation de receveuses d’embryons de race Charolaise. 

    BOUDERBAL A., MANIERE J., LAURIERE P., LEGRAND C., CHASTANT S., GRIMARD B.

    Affiche • Relations entre niveau de production laitière, bilan énergétique et production d’embryons chez des vaches laitières de race Montbéliarde superovulées. 

    FRERET S., LAIZEAU JS., MANCIAUX L., MARIE M., PONTER AA., GRIMARD B.

    Affiche • Relations entre métabolisme énergétique et production d’embryons par OPU/FIV chez des génisses laitières. 

    FRERET S., GRIMARD B., JOLY C., PONCHON S., TRON N., PONTER AA., PONSART C., HUMBLOT P.

    Affiche • L’urémie (lait/plasma) peut révéler un apport excessif de protéines limitant la fertilité des vaches. 

    FROIDMONT E., THEWIS A., BARTIAUX-THILL N.

    Affiche • Mesure de l’efficacité des dosages de progestérone à la ferme intégrés dans une formation de l’éleveur pour lutter contre l’infécondité. 

    ARGENTE G., JULLO A.

    Affiche • Comparaison de deux protocoles d’insémination chez des génisses Charolaises synchronisées à l’aide d’implants de norgestomet : 1 IA 48h vs 2 IA 48 et 72h après retrait de l’implant 

    GRIMARD B., DEWAELE M., QUINTON H.

    Affiche • Effet de la Buséréline administrée 24 h avant l’insémination artificielle de brebis de race Sarde : dynamique folliculaire port-ovulatoire et niveaux plasmatiques de LH, de 17 beta oestradiol et de progestérone. 

    BRANCA A., MARONGIU ML., BOMBOI G., GALLUS M., FLORIS B., PELLICCIA C., HUMBLOT P.

  • Secrétariat 3R - MNE - 149 rue de Bercy 75595 Paris cedex 12

    Tél : 06 46 77 02 41 - Courriel : 3R@idele.fr - Fax : 01 40 04 52 80

    © INRA-Institut de l'Elevage 2006-2017, tous droits réservés