• Plan | Infos légales-Crédits | Espace privé
  • Génétique de la résistance à la tremblante des ovins : état des connaissances et application pour l’amélioration génétique des populations ovines françaises.

    I. PALHIERE (1), J. M. ELSEN (1), F. BARILLET (1), J.M. ASTRUC (2), B. BIBE (1), J. BOUIX (1), M. Y. BOSCHER (3), 0 . CATROU (4), F. DION (5), D. FRANCOIS (1), L. GRIFFON (6), E. JULLIEN (6), M. ORLIANGES (5), G. PERRET (7), R. VALOGNES (4)

    (1) INRA, SAGA, BP27, 31326 Castanet

    (2) Institut de I’Elevage INRA-SAGA, BP27, 31326 Castanet Tolosan

    (3) LABOGENA, INRA, 78352 Jouy en Josas

    (4) Ministère de l’Agriculture, DPEI, 3 rue Barbet de Jouy, 75349 Paris

    (5) France Upra Selection, 16 rue C Bernard, 75231 Paris cedex 05

    (6) Institut de l ’Elevage, 149 rue de Bercy, 75595 Paris Cedex 12

    (7) Institut de 1 ’Elevage, BP18, 31321 Castanet Tolosan Cedex

    RESUME

    De nombreuses données ont été accumulées par des équipes de différents pays montrant qu’il existe chez les ovins une variabilité génétique de la sensibilité à la tremblante. Cette variabilité est essentiellement due au polymorphisme d’un gène, PrP, dont un des allèles (l’allèle « ARR ») confère aux animaux homozygotes (AWARR) une résistance absolue et aux animaux hétérozygotes une forte protection contre cette pathologie. Par ailleurs, le portage chez les premiers serait inexistant et ne serait pas détectable non plus chez les seconds. A l’inverse, un des allèles (« VRQ ») donne une très grande sensibilité aux animaux homozygotes, qui sont porteurs de l’agent infectieux dès le jeune âge. A ce jour, cette résistance ou sensibilité, selon le génotype au gène PrP, est observée aussi bien vis à vis de l’agent pathogène de la tremblante que de l’agent de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) lors de contaminations expérimentales de moutons. Ces données justifient l’organisation d’une sélection des populations ovines sur le gène PrP pour améliorer leur résistance et pour assurer l’absence d’infectiosité des agneaux de consommation. Cette sélection a débuté au niveau national dans trois pays européens (Grande Bretagne, Pays-Bas et France). Le plan français vise à éliminer l’allèle VRQ le plus rapidement possible, à fournir aux élevages atteints des reproducteurs de remplacement résistants à la tremblante, à augmenter progressivement la fréquence de l’allèle ARR et à créer aussi vite que possible des béliers AWARR comme pères des agneaux de boucherie. Ce plan, qui repose sur les UPRa, a pour finalité l’amélioration de l’ensemble de la filière ovine française.

    Télécharger le fichier PDF (1.6 Mo)

    Voir tous les textes de : Astruc J-M. | Barillet F. | Bibé B. | Boscher M-Y. | Bouix J. | Catrou O. | Dion F. | Elsen J.M. | François D. | Griffon L. | Jullien E. | Orlianges M. | Palhière I. | Perret G. | Valognes R.

    Voir tous les textes dans les thèmes : Génétique | Ovins à viande | Ovins laitiers | Santé animale

    Autres textes des

    3R 2002 - Séance :

    Actualités

    Des aides à l’hectare de surface fourragère en substitution des primes animales. 

    V. CHATELLIER

  • Secrétariat 3R - MNE - 149 rue de Bercy 75595 Paris cedex 12

    Tél : 06 46 77 02 41 - Courriel : 3R@idele.fr - Fax : 01 40 04 52 80

    © INRA-Institut de l'Elevage 2006-2017, tous droits réservés