Tous les textes des 3R

Environnement

Bovins à viande | Bovins laitiers | Environnement | Prairies

Un AMI (Anti-Méthanogène Indice) qui veut du bien à votre prairie

MACHEBOEUF D. (1), CORNU A. (1), KERROS S. (2), RECOQUILLAY F. (2)

(1) Université Clermont Auvergne, INRA, VetAgro Sup, UMR Herbivores, F-63122 Saint-Genès-Champanelle, France

(2) Phytosynthese, 57 avenue Jean Jaurès, 63260 Mozac, France

RÉSUMÉ

Un indice anti-méthanogène (AMI) simple a été développé pour caractériser les plantes de la prairie et de son proche environnement. L’objectif était d’évaluer le potentiel d’une plante pour réduire les émissions de méthane chez les ruminants, en tenant compte de sa valeur nutritionnelle. L’indice a été construit à partir de données obtenues in vitro par fermentation de 212 espèces de plantes utilisées comme substrat pur dans l’écosystème ruminal. Son principe repose sur la déviation observée entre la production de méthane mesurée et la valeur théorique calculée par la régression entre les productions de méthane et d’acides gras volatils (AGV), plantes atypiques exclues. Les plantes ont été classées en 3 groupes : 44 ont activé la méthanogénèse (AMI < -0,20), 104 pour lesquelles la stoechiométrie des fermentations était normale (-0,20 ≤ AMI ≤ 0), et 64 plantes qui ont eu un effet anti-méthanogène significatif (AMI > 0). L’effet le plus important a été observé avec Bidens tripartita (AMI = 1), mais nombre de plantes ont obtenu des valeurs d’AMI positives prometteuses comme par exemple :
Origanum vulgare (0.61), Scrophularia nodosa (0.56), Serratula tinctoria (0.49), Succisa pratensis (0.19), Polygonum bistorta (0.17) et Hypericum perforatum (0.16). L’effet anti-méthanogène ne semblait pas porté par des familles particulières de plantes, mais plutôt individuellement par certaines espèces. L’AMI a permis de classer les plantes selon leur potentiel anti-méthanogène. Il souligne l’importance de conserver certaines espèces dans la prairie. Il pourrait aussi contribuer à l’estimation d’une valeur environnementale des prairies à partir de leur composition botanique. Le double critère AGV-AMI permet de caractériser une plante par le couple (énergie récupérée, énergie perdue) et ouvre des perspectives vers un diagnostic énergétique de la prairie

Bovins à viande | Bovins laitiers | Environnement | Prairies

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière