Tous les textes des 3R

Santé

Bovins laitiers | Santé animale

Epidémiologie moléculaire des infections intramammaires à Streptococcus uberis dans des troupeaux laitiers français

ROUSSEL Ph. (1), GILBERT F. (2), FULBERT L (3), LEPERLIER I. (4), LABBE J.F.(5), LE GUENIC M. (6), SERIEYS F. (7), BAREILLE N.(8,9)

(1) Institut de l’Elevage, UMT Santé des Bovins, Institut de l’Elevage-Oniris-INRA, UMR Gestion de la Santé Animale, BP 40706, 44307 Nantes Cedex 03 – philippe.roussel@idele.fr

(2) INRA Unité ISP Route de Crotelles - 37380 Nouzilly

(3) GDS de la Mayenne, Technopole de Changé - BP 86113 - 53061 LAVAL cedex 9

(4) GDS Bretagne, 8 Avenue Edgar Degas, 56000 Vannes

(5) GTV Bretagne, GTV Bretagne - BP 20360 - 22106 DINAN CEDEX

(6) Chambre d’agriculture de Bretagne Recherche Appliquée Pôle Herbivores - BP 398 - 56 009 VANNES CEDEX

(7) Filière Blanche, 12 quai Duguay Trouin, 35000 Rennes

(8) LUNAM Université, Oniris, UMR Biologie, Epidémiologie et Analyse de Risque en santé animale, CS 40706, 44307 Nantes

(9) INRA, UMR1300 BioEpAR, 44307 Nantes

RESUME

Cet article a pour objectif de décrire la dynamique des infections à Streptococcus uberis (Str. uberis) dans les troupeaux afin d’évaluer la capacité d’une méthode de typage moléculaire à distinguer les troupeaux selon leur voie majoritaire de transmission des infections. Dans 17 troupeaux de l’ouest de la France à problèmes récurrents de mammites liées Str. uberis, 5 séries de prélèvements aseptiques d’échantillons de lait de quartier ont été effectuées toutes les 6 semaines, sur toutes les vaches en lactation. Après identification bactériologique, un génotypage des souches de Str. uberis a été effectué par la technique MLVA. Sur les 13796 échantillons réalisés, 693 prélèvements étaient positifs à Str. uberis. La prévalence moyenne de l’infection était de 5,3% des quartiers avec des variations importantes suivant les troupeaux, de 2,1% à 15,9%. L’analyse MLVA a permis d’identifier 203 souches différentes, soit de 5 à 30 souches par troupeau. Les nouvelles infections sont issues pour 44% de contaminations par l’environnement et de 56% des contagions à partir d’un autre quartier. Selon les troupeaux, la part des contagions variait de 0 à 78%, sans que l’on puisse identifier clairement des pratiques d’élevage à risque. Le taux de guérison spontanée des infections subcliniques en lactation était de 53% alors que celui des traitements antibiotique de mammite clinique était de 71%. Cette étude confirme l’origine mixte des infections à Str. uberis et doit conduire à recommander des actions visant à limiter les contaminations par l’environnement et les contagions entre vaches dans les élevages confrontés à ces infections.

Bovins laitiers | Santé animale

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière