• Plan | Infos légales-Crédits | Espace privé
  • Caractéristiques et typologie des exploitations laitières bovines de la zone périurbaine de Ouagadougou, au Burkina Faso

    GNANDA B. I. (1), BADO D. (2), REUSSE S. (3), PARE L. (4)

    (1) Institut de l’Environnement et de Recherches Agricoles (INERA), 01 BP 476 Kamboinsé/Ouagadougou 01, Burkina Faso

    (2) Ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité, 03 BP 7034 Ouagadougou 03, Burkina Faso

    (3) Bureau Géographique du Burkina, 09 BP 196 Ouagadougou 09 Burkina Faso

    (4) Ministère de l’agriculture et des aménagements hydrauliques, 03 BP 7005 Ouagadougou 09 Burkina Faso

    RESUME

    L’objectif de l’étude a été d’établir une situation de référence des pratiques de la production laitière bovine et de son environnement socioéconomique dans la zone périurbaine de Ouagadougou. Pour ce faire, il a été procédé à un recensement des élevages laitiers existant dans la zone et à une enquête élaborée pour cet objectif. Les résultats de l’étude montrent que 57% des animaux recensés sont nourris au pâturage naturel durant toute l’année avec une complémentation à l’auge et 41% sont complémentés durant une partie de l’année et nourris en période de soudure en stabulation permanente. Seulement 2% des animaux recensés sont alimentés totalement en stabulation permanente. La saillie naturelle reste le principal mode de reproduction des vaches laitières ; car 89 % des éleveurs (1119) y ont uniquement recours ; 7% (88) l’associent à l’insémination artificielle (IA) et seuls 4 % des éleveurs (50) pratiquent l’IA comme l’unique moyen de reproduction de leurs animaux. Trois types d’exploitations ont été identifiés dans la zone d’étude : les exploitations améliorées, les exploitations semi-améliorées et les exploitations traditionnelles. Les exploitations améliorées possèdent en moyenne cinq vaches de race améliorée et utilisent la main d’œuvre extérieure (saisonnière et permanente). Les exploitations semi-améliorées possèdent en moyenne une vache de race améliorée et fonctionnent sur la base de la main d’œuvre familiale, avec quelques rares recours à la main d’œuvre extérieure saisonnière. Les exploitations traditionnelles ont des races locales et n’emploient que de la main d’œuvre familiale. La production de vaches locales a été estimée en moyenne à 1,5 litre/j contre une moyenne de 7,5 litres/j pour les vaches améliorées.

    Télécharger le fichier PDF (459.9 ko)

    Voir tous les textes de : Bado D. | Gnanda B.I. | Pare L. | Reusse S.

    Voir tous les textes dans les thèmes : Bovins laitiers | Elevage urbain et péri-urbain

  • Secrétariat 3R - MNE - 149 rue de Bercy 75595 Paris cedex 12

    Tél : 06 46 77 02 41 - Courriel : 3R@idele.fr - Fax : 01 40 04 52 80

    © INRA-Institut de l'Elevage 2006-2017, tous droits réservés